Quand les ordinateurs deviennent analystes littéraires

Quand les ordinateurs deviennent analystes littéraires
Quand les ordinateurs deviennent analystes littéraires - © FlickR/CC Elliot Lepers pour OWNI.fr

Deux spécialistes du folklore ont développé une carte interactive géo-sémantique du Danemark en matière de sorcellerie : WitchHunter, créée à l’aide d’une intelligence artificielle.

Où sont localisées les sorcières dans l’histoire et qu’est-ce que cela nous apprend ? C’est ce que Timothy Tangherlini et Peter Broadwell de l’Université de Los Angeles, en Californie, voulaient découvrir en travaillant sur le thème de la sorcellerie. A l’aide de 30.000 contes folkloriques danois, d’une carte et d’une intelligence artificielle, ils ont développé WitchHunter. Il s’agit d’une carte interactive géo-sémantique du Danemark.

Les contes ont donc été passés à l’étude d’une IA, qui à l’aide d’algorithmes a découpé les histoires, en a dégagé des similarités et les a compacté dans une vaste conclusion. On y apprend notamment que les sorcières adeptes de magie noire se trouvaient souvent à proximité de monastères catholiques, et que les sorcières en général se trouvaient souvent à l’intérieur des villages (contrairement à d’autres menaces)…

Au delà de la recherche en matière de sorcellerie, ces universitaires américains prouvent que les contes folkloriques ont une certaine logique informatique, et qu’ils peuvent être fractionnés. On en vient à se demander si les ordinateurs pourraient découvrir d’autres sens cachés dans la littérature, améliorer l’analyse humaine voire produire eux-mêmes des récits ?

Il semblerait qu’en matière d’analyse, les IA actuels ne soient pas encore en mesure de comprendre des textes trop longs ou trop compliqués. Cela dépend bien souvent de la base de données disponible. Pour la conception-même de littérature, il en va de même, cela varie en fonction des conceptions de l’entité informatique. Pour l’instant heureusement, aucune machine ne peut dépasser l’auteur humain en matière de littérature, mais l’avenir pourrait nous réserver des surprises, l’informatique n’étant finalement pas si éloigné de la littérature qui possède aussi des règles en matière de syntaxe, de construction…