Pourquoi l'argent n'a-t-il pas d'odeur ?

L'expression : 'l'argent n'a pas d'odeur'
3 images
L'expression : 'l'argent n'a pas d'odeur' - © Tous droits réservés

Détournée par MC Solaar qui fredonnait " L’argent n’a pas d’odeur, depuis peu je le sais, Il fait marcher le monde, et le monde sent mauvais ", l’expression " l’argent n’a pas d’odeur " nous apprend que, peu importe d’où provient l’argent, l’essentiel est d’en avoir. Mais d’où vient-elle réellement ?

Retour plus de 2 millénaires en arrière

La première utilisation de cette expression nous ramène au temps où Vespasien succéda à Néron sur le trône de l’Empire romain (69 à 79 PCN).

La disette monétaire héritée du règne dernier avait contraint le nouvel empereur à étudier de nouveaux moyens de renflouer les caisses de l’Etat.

Parmi les quelques taxes instituées, le payement des toilettes devait désormais s’effectuer tous les quatre ans par tous les chefs de famille, en fonction du nombre de personnes (et d’animaux) vivant sous le même toit.

Vite raillée par le peuple, cette loi ne manquait pas non plus de provoquer l’amusement de Titus, le fils de Vespasien. "Non olet", lui répondit alors Vespasien à ses moqueries – ce qui veut dire "Ca ne sent rien", sous-entendant "peu importe l’odeur de l’argent tant qu’il permettait de renflouer le trésor de l’Etat".

À la même époque, l’expression fut reprise par Juvénal, le célèbre poète et satirique romain qui avait déclaré "L’argent a bonne odeur d’où qu’il vienne".

L’époque romaine… et aujourd’hui encore !

Les siècles passèrent et rendirent hommage à cette anecdote quand, au XIXe siècle, les urinoirs publics parisiens furent eux-mêmes appelés les "vespasiennes".

Les années 1990 verront progressivement la plupart des uritrottoirs remplacés par les toilettes publiques individuelles et payantes. Certaines survivent dans plusieurs villes européennes.