Plus de 1200 ouvrages volés par les nazis sont retrouvés dans la bibliothèque de l'INHA en France

Plus de 1200 ouvrages volés par les nazis sont retrouvés dans la bibliothèque de l'INHA en France
Plus de 1200 ouvrages volés par les nazis sont retrouvés dans la bibliothèque de l'INHA en France - © FRANCOIS GUILLOT - AFP

Quelque 1200 ouvrages et documents divers spoliés par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale ont été identifiés en France dans les collections de la bibliothèque de l’Institut national d’Histoire de l’art (INHA), a annoncé cette institution dans un communiqué.

L'Institut national d’histoire de l’art a parachevé son programme sur l’identification des documents spoliés conservés...

Publiée par Institut national d'histoire de l'art (INHA) sur Mercredi 18 novembre 2020

Envisagées dès 2016, les opérations de signalement d’ouvrages spoliés ont pu être menées à bien : l’INHA les a notifiés à la Mission de recherche et de restitution des biens culturels spoliés entre 1933 et 1945 du ministère de la Culture.

Une partie des livres, récupérés en Allemagne après la guerre, avaient pu être restitués ou attribués aux anciens propriétaires ou ayants droit grâce au travail de la Commission de récupération artistique, entre 1945 à 1950.

Les livres restants ont été depuis en partie déposés dans des bibliothèques, dont celle de l’INHA.

Parmi ces 1224 ouvrages spoliés figurent des documents rares de grande valeur, comme des catalogues du Salon du Louvre des années 1738 à 1789. Un tiers des documents sont des numéros de revues disparates, sans valeur particulière.


► A lire aussi : Une œuvre d’art volée par le régime nazi découverte à la Bibliothèque royale


Les recherches de l’INHA montrent que dans des appartements pillés, où vivaient notamment des familles juives, les spoliations s’étendaient aux ouvrages utilisés quotidiennement par les habitants de ces logements, qui avaient étudié l’art ou son histoire, exerçaient une profession en lien avec le monde de l’art ou s’intéressaient à l’art dans le cadre de leurs loisirs.

Les spoliations d’œuvres d’art ont été bien plus étudiées et médiatisées que les spoliations de livres, qu’il s’agisse de collections précieuses ou de livres courants, de bibliothèques professionnelles ou personnelles.