Moses Rose – Histoire du seul survivant d'Alamo

S'il est un mythe fondateur de l'Histoire des Etats-Unis, c'est bien le siège de Fort Alamo où moins de 200 Américains hommes, femmes et enfants furent tous massacrés au bout d'une résistance héroïque par les 2000 soldats des troupes du général mexicain Santa-Anna. Tous ? Non, car un homme a survécu : Louis "Moses" Rose, ex-soldat de l'Empereur Napoléon, il vit depuis 16 ans en paria, accusé de lâcheté face à l'ennemi et considéré comme déserteur. Apprenant par hasard que le shériff qui fréquente le même bar que lui est le frère d'un compagnon d'arme d'Alamo et l'héritier d'une mine gagnée par ledit frère au jeu, Moses persuade le shériff de l'accompagner dans les ruines du fort à la recherche du titre de propriété et pour laver son honneur perdu.

 

Si Louis Rose est un personnage réel, son implication dans le siège de Fort Alamo est sujette à caution: confondu pour certains avec un certain James Rose, il n'est pas sûr qu'il ait fait partie des défenseurs du Texas face au Mexique. Toutefois, sa participation à de nombreuses batailles sous Napoléon lui valut la Légion d'Honneur, on ne peut donc douter du courage du bonhomme.

 

Réalisé par Christelle Galland au dessin et le duo Cothias et Ordas au scénario, l'histoire du "déserteur d'Alamo" aurait pu être une réussite tant la légende d'Alamo, de David Crockett et les nombreux films qui y furent consacrés sont encore dans les mémoires. Hélas, ici, le scénario se perd dans une multitude de scènes éparses mêlant flash-backs, rebondissements divers et personnages secondaires, dont des truands siciliens dont on cherche l'utilité dans l'aventure. Au final, en voulant densifier le récit, les auteurs nous perdent dans un dédale dont on se demande où il va déboucher. Prévue en deux albums, cette série, pour prendre son envol, aurait dû soit élaguer dans ses intrigues, soit être développée sur 3 ou 4 tomes.

Le dessin de Galland, souvent séduisant, manque parfois de maîtrise. Si les décors sont plutôt réussis, certains personnages, eux, sont un peu "limites" ou précipités alors que certaines planches sont fort belles.

 

En bref : un mythe qui aurait pu être traité de manière plus allégée…

 

Moses Rose – La Balade de l'Alamo par Galland, Cothias et Ordas chez Bamboo/Grand Angle.

 

Denis MARC

2 images
Moses Rose © Bamboo/Grand Angle - Galland, Cothias & Ordas - 2015