Marc Levy : "Les gens son tro synique"

Marc Levy, comment avez-vous réagi à l'annonce de ce sondage ?

Come je l'ais déjà dis dans une interview à Galla : " C'es que du bonheurre ". J'aime bien cette expression : " C'es que du bonheurre ". Ca veux dirre que c'es que du bonheurre. Et c'es exactemment sa : que du bonheurre. C'es bien le bonheurre. Le bonheurre, c'es un peu comme être heureu, quand on y panse.

Vous êtes l’écri­vain français le plus lu dans le monde. Cela vous inspire quoi ?

Beaucou de fierreté, même si je restes umble. Tou ceci est finalemend très légé et san importanse. Mai j'avoue être heureu de me dirre que je suit un peu à la litérraturre ce que Luc Besson es au cinéma. Comme lui, j'aimme raconté des histoire simple et inteligente, qui ne prenent pas le lecteur ou le spectateur pour un idio. J'ai beaucou aimer son dernié filme, Lucy. J'ai trouver que le propo étais remarcablement inteligent. Cette idée génialle qu'on n'utiliserais que quelque pourcens de notre cerveau. J'en ait parler avec Luc, qui es un ami, et il m'a dis que c'est ce qu'il fais à chaque foi qu'il écris un sénario : il n'utilise que quelques pourcens de son cerveau.

Ah... Ceci explique cela...

Vou vou moquer. C'est pa bien. Les gens son tro synique. On se moque sans arrait de mes livre. En France, c'es mal vu d'être populairre. Tou de suite, l'intelligancia trouves ça suspait. Moi, je suis comme mes livre. Je veut raconter des chose simple. Des chose belle. Comme la vie. La vie es belle. Et simple. La vie es simplemen belle. C'est beau, ça. Je vait en faire un titre d'un de mes prochin livre. " La vie es simplemen belle "
 

2 images
La fan page de Marc Levy © Capture d'écran Facebook

C'est vrai qu'on vous reproche souvent de ne pas être un grand auteur. Et de faire dans le cliché.

Le cliché ? Sa ne me génne pas, j'ait toujour eue une vrai pation pour la fotografie. Je ne me prends pas au sérieu. Je sait bien que je ne suit pas un grand auteurre. Je ne serais jamais un Hector Hugo, un Louis De Maupassand, un André Balzac ou un Jean-Philipe Sarte. Mai sa n'a jamai été mon but, vou savait. Moi, je veut juste que mes lecteur passent un bon momend en lisant mes livre. L'ard n'es pas fais que pour faire réfléchir. C'es aussi très bien de ne pas faire réfléchir les gens, vous ne trouver pas ? On ne peux pas réfléchir tou le tant. C'est bien aussi quand le cervau il se repose. Comme devan un film de Luc Besson ! CFQD !

Dans une récente interview à Voici...

Oui, j'ai aussi donnait une interview à Galla. Je trouve sa bien de parlé à la praisse populairre. C'est mal vue en France d'être populairre. Je l'ais déjà dis, non ?

Oui. Dans cette interview donc, on vous demande votre point de vue sur les attentats contre Charlie Hebdo, et vous répondez " Oui, je suis Charlie, et je suis aussi Hyper Cacher ".

C'es vré. Je me rents comte que cete raiponce a pu prêté à conffusion. Une lectrisse m'a écris pour me dire " Ben non, vous n'aite pas Charlie, vous aite Marc Levy ! ". Et elle avais raison, car mon nom es bien Marc Levy, et pa Charlie Levy. C'est bien de revenir à des chose simple. On a besoin de chose simples. Et si j'ais aussi di " Je suis Hyper Cacher ", c'es parce que des gen ont été tuer dans ce magazin qui s'appele Hyper Cacher. Donc, j'ai dis " Je suis hyper cacher " pour rendre homage à ces gens qui ont été tuer dans ce magazin. Si l'attenta avais eu lieu dans un magazin Champion, j'aurais dit " Je suis Champion ". Il faux s'engagé, c'es notre devoir de citoyent. Cela fais changé le monde. Il ne faux pas avoir peur. Si on a peur, alor on vis dans la peur. Et quand on vis dans la peur, alor on a peur. Et ce n'es pa bien. En se momen, par exemple, je suis Airbus. Je n'ais pas peur. N'ayer pas peur, bon sant !

On l'a dit, vous vivez à New York. Comment voyez-vous la France de là où vous êtes ?

Ben je ne la voi pas d'ici, c'es bien tro loing ! J'ai déjà essayé, mais on vois juste l'eau de l'océan. Même quant il fais très, très, très, très, très, très beau, on ne vois pas la France. J'ai déjà essayer. Mais c'est vraimend tro loing. J'aime bien quand il fait très, très, très, très, très beau. Le soleil, c'est une chose manifique dont on se parle pa assez. Si on n'avai pas le soleil on aurais froi et il ferais nui tou le tant. Ce serais pas pareil. On ne se rent pas assé comte de l'importanse que le soleil a dans nos vie. C'est beau le soleil. Et on ne vois pas toujour ce qui est beau. Cela me rent triste. Parfoi je pleure avec des larme. J'aime beaucou le soleil. Un jour j'aimerait bien aller sur le soleil écrire un livre sur le soleil. Ce serais beau. J'aime se qui es beau. La beauté, s'es ce qui a de plu beau pour moi.

Quel rapport entretenez-vous à la littérature ?

J'atache beaucou d'importance au mots. Les mots s'es la vie. Si vous n'utiliser pas de mots dans la vie alors vous ne dite rien. Même les muet ont leurs mots à eux pour dire les choses. Ce sont les mots de leurs mains. Ca me facine ça. Je me suis souvend dit qu'un jour j'écriverais un jour un livre pour les muets un jour. Ca me tourne à l'intérieur de dans ma tête. Je ne sait pas encore sous quel forme je le ferais. Ce n'es pas évidend d'écrire un livre pour des muets. Comment on fais ? C'est une question que je me pose souvend.

Ben... Il suffit de l'écrire, non ?

Mai... Mai oui ! Je n'y avait pensé ! C'est incroyable qu'est-ce que vous dite, là ! C'étais si simple ! C'es tellemend compliqué de faire des chose simples ! O, merci, merci vraiment. Vous venez d'éclairé ma journée.

Vous êtes donc un amoureux de la langue française.

Tou à fai ! La langue françaize es une langue tellemen belle. L'autre jour je suis passé a coté d'un dictionaire et je l'ai ouver. J'étais frapé par tout ses mots que l'on trouve dedan. Et quand vous metez tous ces mots ensemble cela forme des frases. C'es magnifique, ça, quan même. Je crois que parfoi les gens ne se rendent plus comte de toutes ces choses magique qu'on a autourre de nou. Si on construisait un peu moins de bombes on serait plus sensible à la bauté du monde qui nous entoure autour de nous. Vous ne pensez pas ?

Plus depuis quelques minutes, non. Quels sont vos projets ?

J'ai trè envie d'écrire la suite de mon romant " Où est-tu ? "

Et ça s'appellera comment ?

Dans ton cul.

Merci Marc Levy.

Merci. Je suis Airbus.

 


Christophe Bourdon

(NDR note pour plus tard, signaler à Christophe qu'il doit vraiment être ami avec Marc L sur Facebook, sinon son interview manquera de crédibilité..)