Les prix Femina remis malgré le confinement

Serge Joncour, avec "Nature humaine", a remporté lundi le prix Femina du roman français.
5 images
Serge Joncour, avec "Nature humaine", a remporté lundi le prix Femina du roman français. - © ALAIN JOCARD / AFP

Serge Joncour, avec Nature humaine, a remporté lundi le prix Femina du roman français, alors que la plupart des autres récompenses littéraires ont reporté leur édition en attendant la réouverture des librairies.

 

Avec Nature humaine (Flammarion), Serge Joncour, 58 ans, signe un grand roman rural qui dépeint les mutations de la France à la fin du XXe siècle, à travers le destin d’une famille d’agriculteurs du Sud-Ouest.

Lisez un extrait de Nature humaine ici

Le prix Femina du roman étranger est allé la Britannique d’origine sud-africaine Deborah Levy, pour son diptyque autobiographique, Le Coût de la vie et Ce que je ne veux pas savoir (Editions du Sous-Sol).

Christophe Granger, pour Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie (Anamosa), remporte le prix de l’essai.

Enfin, un "Prix spécial du jury" a été décerné au Libanais Charif Majdalani, pour Beyrouth 2020 (Actes Sud).

Lisez un extrait de Beyrouth 2020 ici


►A lire aussi : "Beyrouth 2020. Journal d’un effondrement" de Charif Majdalani, une pierre à l’édifice branlant du Liban


 

Le jury exclusivement féminin s’est distingué d’autres prix (tels que le Goncourt ou L’Interallié, reportés sine die) en estimant qu’il valait mieux remettre son prix malgré le confinement qui interdit l’ouverture des commerces non essentiels en France, dont les librairies.

L’événement annuel des prix littéraires constitue un acte de soutien capital à tous les acteurs de la chaîne du livre, éditeurs, libraires et auteurs qui, en ce moment, résistent par tous les moyens aux circonstances contraires. Nous sommes entièrement solidaires des libraires