Les derniers pour la route du lundi 22/10

 Naoual Boumedian et Michel Dufranne
12 images
Naoual Boumedian et Michel Dufranne - © Tous droits réservés

Dans ce "Livr(é)s à domicile", il y a une profusion d'ouvrages aux multiples horizons. De quoi voyager loin, très loin dans des contrées aux imaginaires débridés!

« La véritable vie amoureuse de mes amies en ce moment précis » de par Francis Dannemark – Ed Robert Laffont

Max a une cinquantaine d'années. Veuf et père de deux enfants, il exerce le métier de psychologue. La vaste maison ou il vit est pleine de charme mais délabrée. Sous le nom de " La Maison aux bons soins ", il y avait rassemblé des médecins et des praticiens du bien-être, mais il ne reste plus grand-chose aujourd'hui de ce trop beau projet. Et Max s'inquiète. Il est incapable de payer les nombreuses réparations urgentes qui s'imposent, il n'a pas de nouvelles perspectives et il ne lui reste que quelques semaines pour prendre des décisions et trouver des solutions. En attendant, qu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il vente, Max continue à accueillir chez lui chaque mercredi soir les membres de son ciné-club : sept femmes et son vieil ami Jean-François, grand amateur de comédies de l'âge d'or du cinéma américain et animateur passionné de leurs soirées. Leur bonheur partagé est de se laisser emporter par la magie de films qui rendent plus léger le cours des jours. Et aussi de parler de l'amour, qui leur a souvent joué des tours mais dont ils attendent, sans trop oser le dire ou même le savoir, qu'il retrouve une place dans leur vie. À ce groupe chaleureux de cinéphiles enthousiastes va se joindre une dixième personne, Felisa, une femme mystérieuse venue au départ pour consulter Max. Avec ses dons de guérisseuse, de voyante peut-être, qui est-elle ? Une folle ou une fée ? Toujours est-il que, peu à peu, tandis que l'on chemine vers l'été, la vie de chacun va changer de couleur.

« Zazie dans le métro » de Raymond Queneau-Ed Folio plus

"Zazie, déclare Gabriel en prenant un air majestueux trouvé sans peine dans son répertoire, si ça te plaît de voir vraiment les Invalides et le tombeau véritable du vrai Napoléon, je t'y conduirai. – Napoléon mon cul, réplique Zazie. Il m'intéresse pas du tout, cet enflé, avec son chapeau à la con. – Qu'est-ce qui t'intéresse alors? Zazie ne répond pas. – Oui, dit Charles avec une gentillesse inattendue, qu'est-ce qui t'intéresse? – Le métro."

« Dans ses yeux » d'Eduardo Sacheri – Ed 10/18

Buenos Aires, 1968 ; Liliana Emma Colotto, enceinte de quelques semaines, est sauvagement violée et étranglée. Benjamin Chaparro, jeune secrétaire au palais de justice, se voit confier l'affaire. Pour tenter d'oublier ses amours contrariées avec Irène, une collègue au charme magnétique, les divagations de son voisin de bureau alcoolique et l'étroitesse d'esprit de sa hiérarchie, Chaparro se lance à corps perdu dans ce sulfureux dossier. Peu à peu, cet homicide devient son obsession : bouleversé par la souffrance du jeune époux de Liliana, il jure de faire condamner le meurtrier. Mais nous sommes dans les années 70, et l'Argentine, en proie à toutes les iniquités, s'enfonce dans la " guerre sale " et les années de plomb. Pour venir à bout de ce qui devient l'affaire de sa vie, Benjamin devra affronter inimitiés politiques, trahisons et exil. Trente ans plus tard, il décide de coucher le terrible récit de ce crime sur le papier. Campé dans l'Argentine de la dictature, Dans ses yeux est une magnifique histoire d'amour doublée d'une brûlante réflexion sur la légitimité de la vengeance.

« Wilt 1 » de Tom Sharpe – Ed 10/18

Henry Wilt est à bout. La quarantaine passée, chaque jour lui rappelle sa médiocrité. Une carrière au point mort, des étudiants dégénérés, et Eva sa femme, qui ne rate jamais une occasion de le rabaisser. Certain que le monde lui refuse depuis longtemps une gloire bien méritée, Henry décide d'agir et de supprimer celle qui a fait de sa vie un véritable enfer.

"Les talons hauts rapprochent les filles du ciel" de Olivier Gay - ed du Masque

Un serial killer rôde dans les rues de Paris. Plusieurs filles sont retrouvées assassinées de manière atroce dans leur appartement. Leur seul point commun ? Elles fréquentaient toutes le milieu de la nuit et les clubs à la mode. John-Fitzgerald, surnommé Fitz par ses amis, est un parasite par excellence. Dragueur paresseux et noctambule, il partage sa vie entre les soirées parisiennes, son amour des jeux en réseau et la vente de coke à la petite semaine. Ce héros improbable va se retrouver au coeur d'une enquête de plus en plus dangereuse, avec l'aide de ses conquêtes d'un soir et de ses amis toxicomanes. Grande gueule maladroite, incompétent notoire, séducteur au grand coeur, il semble bien mal armé pour affronter les bas-fonds parisiens. Mais tant qu'il y aura de l'alcool, la fête sera plus folle.

"Ma fabuleuse enfance dans l'Amérique des années 1950" de Bill Bryson - Ed Bibliothèque Payot

Lorsque Bill Bryson naît en 1951 à Des Moines, capitale de l’Iowa, 90% des Américains possèdent déjà un réfrigérateur.

Au cours de cette décennie heureuse, il leur sera répété que tout ou presque est bon pour la santé, la cigarette, le DTT et les retombées radioactives... Dans cette patrie de superhéros, le petit Bill déniche un vieux pull sur lequel est cousu un éclair: le voilà enfin doté de superpouvoirs, et ça tombe bien parce qu’il rêvait de porter son slip au-dessus de son pantalon, comme Superman!Tout en racontant son enfance, Bryson nous régale d’une chronique des années 1950 aussi drôle que tendre.

« Voisins d’ailleurs » de Clifford Simak (Folio SF)

Une étrange machine qui vous offre l’objet dont vous avez toujours rêvé. Un bidule qui parle dans votre tête et vous enveloppe de gentillesse. Un tracteur qui laboure les champs tout seul. Un mystérieux cylindre dans un bosquet de bouleaux. Des fresques peintes par un homme préhistorique bien facétieux… Autant de voisins venus d’ailleurs, d’hier ou de demain. Avec ces neuf nouvelles de science-fiction, dont "La grotte des cerfs qui dansent" (prix Hugo, Nebula, Locus et Analog !), c’est tout le talent de Clifford D. Simak, auteur de l’âge d’or du genre, qui est remis en lumière.

« Styx » de Philippe Foerster (Lombard)

Tandis qu'une guerre oppose le Nord et le Sud du continent américain, le "crash", une drogue inconnue, fait son apparition à Dockcity. Elle transforme ses "accros" en génies, mais elle provoque une inquiétante vague d'overdoses mortelles. Détective dans le civil, et pour l'heure, mobilisé dans l'US Army, Laurel Hardy est chargé d'enquêter. Ses investigations le conduisent à un parc d'attractions reconstituant l'enfer avec ses démons et ses âmes damnées Conçu pour le noir et blanc, cet hallucinant récit résulte de l'association occasionnelle de deux talents exceptionnels : Foester (scénario et dessin) et Andréas (encrage).

« Rork – L’intégrale 1 » d’Andresa – Ed Lombard

Sans âge, la chevelure longue et blanche, les traits austères, Rork vient d'un monde parallèle et voyage dans le temps et l'espace. Tantôt simple spectateur et tantôt acteur, il est le centre de convergence de forces contradictoires. Echapper à l'influence de ces forces contraignantes et parvenir à maîtriser son propre destin : tel est l'objectif de ce personnage aussi attachant que déconcertant.   La première série récurrente d'Andreas s'est révélée d'emblée être un chef-d'oeuvre : innovante, intrigante, pleine de trouvailles et de personnages inoubliables...

« Rork –Les fantômes» d’Andreas – Ed Lombard

Depuis l'enfance, Samuel voit des fantômes, et résout de petites enquêtes avec l'aide des êtres éthérés. Jusqu'au jour où les fantômes se sont tus. Mais le chasseur de trésors Tryan ne l'entend pas de cette oreille, et veut faire de Samuel son complice, par n'importe quel moyen. Le détective n'a plus guère le choix : il lui faut retrouver ses fantômes. Et pour cela, qui de plus indiqué que Rork... ?

« Rork –Les fantômes» d’Andreas – Ed Lombard

Depuis l'enfance, Samuel voit des fantômes, et résout de petites enquêtes avec l'aide des êtres éthérés. Jusqu'au jour où les fantômes se sont tus. Mais le chasseur de trésors Tryan ne l'entend pas de cette oreille, et veut faire de Samuel son complice, par n'importe quel moyen. Le détective n'a plus guère le choix : il lui faut retrouver ses fantômes. Et pour cela, qui de plus indiqué que Rork... ?