Le sourire de Mao

Le sourire de Mao - Couverture
3 images
Le sourire de Mao - Couverture - © Futuropolis

Nos estans firs di nosse pitite patreye

 

Dans un futur proche mais au look vieillot, la Belgique a craqué : la République Démocratique de Wallonie est née.  Le chef de l'Etat, l'omniprésent capitaine–président Delcominette veille à son avenir radieux et, pour marquer les esprits, négocie à la Chine le rachat de la momie de Mao.

Toutefois, tout n'est pas rose dans cette utopie wallingante et fascisante, si Ludmilla est une fervente supportrice du grand leader wallon, Antoine Wauthier, lui, est plus critique envers le régime.  Les choses s'emballent lorsque, accidentellement, Antoine blesse Ludmilla.  Envoyé en camp de travail, il y rencontre Frank, lui-même accusé du meurtre d'un chef scout.  Tout ce petit monde va finir par se retrouver impliqué dans une black-op des services de renseignements et se rendre compte que tout le monde manipule tout le monde.

 

Partant de l'hypothèse d'une séparation du pays, Jean-Luc CORNETTE (Câlinée sous X) au scénario et Michel CONSTANT (Mauro Caldi) au dessin, nous livrent une œuvre de politique-fiction qui oscille entre bouffonnerie et gravité.  Autant le président Delcominette et son Musée de l'Espoir versent dans le ridicule, autant les milices scoutes ont un petit air de déjà vu des plus inquiétants.

 

Annoncé comme un one-shot, l'album surprend et laisse le lecteur un peu sur sa faim.  Comment en est-on arrivé là ? Qu'est-il advenu du président Delcominette ?  Que devient ce Musée de l'Espoir qui ressemble beaucoup à une prison ?  Autant de portes ouvertes vers d'autres albums après celui-ci…

On s'interrogera aussi sur la nécessité de placer le récit dans une Belgique désunie plutôt que dans un pays de fiction : le lectorat étranger accrochera-t-il à cette histoire tellement ancrée dans le terroir belge ?

 

En bref : un album OVNI par son sujet et son traitement aux relents de "1984" de Orwell.

 

Le Sourire de Mao par CONSTANT et CORNETTE chez Futuropolis

 

Denis MARC