Le Singe de Hartlepool

Nous sommes en 1814, un vaisseau de la flotte napoléonienne est pris dans une tempête.  Pour seul survivant, Nelson, le singe du capitaine vêtu d'un uniforme français.  Par malchance, le primate s'échoue sur la plage de Hartlepool sur la côte est de l'Angleterre.  Retrouvé par les habitants du cru, il est pris pour… un espion français venu préparer l'invasion du royaume.  Il faut dire que les habitants du petit port n'ont jamais vu le moindre français, alors, que leur prisonnier soit petit, poilu et s'exprime par des cris ne les étonne pas plus que cela.  Au final et pour lever les doutes, le quadrumane sera torturé puis jugé par un tribunal communal.

 

Pour fantaisiste qu'elle paraisse, cette histoire semble bien s'appuyer sur des faits réels comme en atteste le surnom toujours vivace des actuels habitants de Hartlepool : Monkey's hanger – les pendeurs de singes.

 

Premier album pour Jérémie MOREAU et entrée par la grande porte dans le monde de la BD.  Si les premières planches sont un peu hésitantes et tendent, pour les personnages, vers du Fred, très vite le trait devient plus assuré et plus personnel.  Il assure également la mise en couleur très réussie de l'album.

Wilfrid LUPANO (Alim le Tanneur, Azimut) qui est à l'origine de l'album parvient à jouer habilement entre la farce et le drame.  C'est à la fois drôle, cruel et pathétique tant les protagonistes rivalisent de crétinerie raciste et nationaliste dans ce village côtier ou seul un médecin de passage semble avoir un peu de ce bon sens qui fait tant défaut à des gens persuadés de leur bon droit.

 

En bref : une excellente découverte d'une grande drôlerie couronnée par le prix des Libraires de bande dessinée.

 

Le Singe de Hartlepool par Moreau et LUPANO chez DELCOURT

 

Denis MARC