Le Petit Nicolas traduit en picard

Jean-Jacques Sempé
Jean-Jacques Sempé - © JOEL SAGET - BELGAIMAGE

Après Tintin, Astérix, le Petit Prince et dernièrement les Simpsons, c'est au tour du Petit Nicolas d'être traduit en picard. "Ch'Tchot Colas in picard" sera mis en vente dès le 6 novembre. Un spécialiste de la langue picarde, le Tournaisien Bruno Delmotte, a apporté son concours à la traduction de l'oeuvre de Sempé et de Goscinny. Le Petit Nicolas a déjà été traduit notamment en corse, breton, yiddish, maghrébin et plusieurs patois créoles.

Dans l'introduction du livre de 115 pages, les éditions IMAV expliquent qu'elles se sont lancé le défi de traduire le Petit Nicolas dans 75 langues parlées en France. Aujourd'hui, 560.000 personnes en France (Somme, Oise, Aisne, Nord et Pas-de-Calais) et en Belgique (Hainaut) parlent et comprennent le picard. Un lexique traduit les mots picards en français à la fin de l'ouvrage.

Quatre traducteurs ont apporté leur concours à cette traduction. Parmi eux, le Tournaisien Bruno Delmotte qui est animateur à la Maison de la culture de Tournai et spécialiste du picard tournaisien.

Selon les éditions IMAV, ce projet s'inscrit dans une ambitieuse collection de "Langues de France" visant à promouvoir la diversité linguistique du pays dans lequel le français reste la seule langue officielle.

Créé en mars 1959, le Petit Nicolas a été vendu à 15 millions d'exemplaires et fait partie du patrimoine littéraire français. Il a été traduit dans 45 pays et est prescrit par le ministère de l'Education nationale en France pour l'apprentissage de la lecture. Il a connu le même succès au cinéma avec 5,7 millions de téléspectateurs en 2009.


Belga