Le masculin (ne) l'emporte (plus) sur le féminin : bonnes pratiques pour une rédaction inclusive

Le masculin (ne) l'emporte (plus) sur le féminin : quelques conseils pour une rédaction inclusive
Le masculin (ne) l'emporte (plus) sur le féminin : quelques conseils pour une rédaction inclusive - © Capture d'écran Youtube

Que choisir entre "Rédacteurs·trices" et "Rédacteurs et rédactrices" ? Comment être certain.e de s’adresser à tous et toutes ? Dans un tout nouveau guide publié par la Direction de la Langue française de la Fédération Wallonie-Bruxelles, les linguistes Anne Dister (Université Saint-Louis – Bruxelles) et Marie-Louise Moreau (Université de Mons) formulent quelques conseils.

Lisibilité et accessibilité

Dans le guide, les deux linguistes parcourent les différentes pratiques d’écriture inclusive, les avantages de certaines, les désavantages des autres.

À partir des avis remis par le Conseil de la langue française et de la politique linguistique, plusieurs recommandations ont pour but de vous guider dans votre choix d’écriture.

5 conseils à retenir

  • Toujours utiliser des noms féminins pour renvoyer à une ou à des femmes
  • Ne pas essayer à tout prix d’éviter les noms masculins
  • Ne pas écrire ce qui pourrait être dit normalement à l’oral
  • Ne pas recourir aux doublets abrégés : éviter par exemple "rédacteurs·trices"
  • Si vous enseignez le français, changez la formulation de la règle "Le masculin l’emporte sur le féminin". Dites plutôt "Le genre masculin s’utilise aussi pour les ensembles mixtes".

Où consulter le guide ?

  • Anne Dister et Marie-Louise Moreau. (2020). Inclure sans exclure. Les bonnes pratiques de rédaction inclusive. Bruxelles : Direction de la Langue française – Service général des Lettres et du Livre – Fédération Wallonie-Bruxelles.
  • À télécharger en PDF sur www.languefrancaise.cfwb.be ou commander un exemplaire gratuit par courriel auprès de languefrancaise@cfwb.be.