Le marché du livre continue à décroître en Fédération Wallonie-Bruxelles

Le marché du livre continue à décroître en Fédération Wallonie-Bruxelles
Le marché du livre continue à décroître en Fédération Wallonie-Bruxelles - © patpitchaya - Getty Images/iStockphoto

Mis à part une légère embellie constatée en 2015 (245,7 millions d'euros), le marché du livre de langue française en Belgique poursuit sa décroissance depuis 2010 (264,3 millions d'euros), a exposé mardi Benoît Dubois, président de l'association des éditeurs belges de langue française (Adeb), lors de la présentation du bilan 2016 du Service général des lettres et du livre (SGLL) de la Fédération Wallonie-Bruxelles. En 2016, le marché du livre s'élevait ainsi à 240 millions d'euros, soit un recul de 2,3% par rapport à 2015.

A côté de la baisse de l'activité économique auprès des lecteurs, la part des éditeurs belges francophones dans le marché du livre se contracte également. Leur revenu global pour les livres imprimés est d'ailleurs passé de 141,86 millions d'euros en 2013 à 128,95 millions d'euros en 2016.

Le marché intérieur belge du livre francophone repose en effet à 74% sur l'importation d'ouvrages étrangers, essentiellement français. Cette importation, qui était en 2010 de 69,1%, a tendance à croître d'année en année. Les livres belges occupent la part restante du marché, soit 26% en 2016, avec majoritairement des ouvrages universitaires, des livres scolaires, des bandes dessinées et des livres juridiques. A l'inverse, les ventes d'ouvrages édités par des maisons étrangères représentent surtout la littérature générale, le secteur du livre de jeunesse et celui des "beaux livres" et des livres pratiques.

D'après les statistiques de l'Adeb, les exportations de livres belges francophones représentent près de 60,4% des 128,95 millions d'euros de chiffres d'affaires réalisé par ces éditeurs. "Ces chiffres importants à l'export s'expliquent, entre autres, par la production des éditeurs de BD, qui représente 53,7% de l'ensemble de notre production", souligne Benoît Dubois, qui précise que les exportations représentent 85% des revenus des éditeurs.

Contrairement à la production du livre imprimé qui régresse tant en chiffre d'affaires qu'en nombre de titres parus (3.015 nouveautés et nouvelles éditions en 2016, soit -20,57 %), le chiffre d'affaires numérique réalisé par les éditeurs belges, toutes langues confondues, a augmenté de 31,15% de 2015 à 2016. Pour la seule langue française, ce chiffre d'affaires a augmenté de 2,61%, soit 12,24% du chiffre d'affaires total en 2016.


Belga