Le choix des chroniqueurs du lundi 3 décembre

Luc Dellisse
5 images
Luc Dellisse - © Tous droits réservés

Lunettes noires pour un auteur, Luc Dellisse en clin d'oeil aux polars proposés par Michel Dufranne et en écho aux destins bouleversants des héroïnes présentées par Ysaline Parisis dans le choix des chroniqueurs de ce Livr(é)s à domicile.  

Ken Bruen, "Le Démon", Fayard Noir

Pauvre Jack Taylor ! Lui qui pensait prendre un nouveau départ aux États-Unis, il s’est fait refouler par la police des frontières et l’avion a décollé sans lui… Il renoue alors une idylle désabusée avec l’Irlande, son pays, dont les vieux démons ont été réveillés par la crise.

Carburant au cocktail Xanax-Guiness-Jameson, Jack s’engage dans une affaire diabolique : des cadavres martyrisés selon un rituel satanique font surface dans les rues de Galway. Surtout, il ne cesse de croiser la route d’un mystérieux Mr K., sans jamais réussir à le cerner…

Avec l’aide de ses fidèles acolytes – Stewart, le dealeur zen repenti, Ridge Ni Iomaire, la fliquette lesbienne, et le père Malachy –, Jack Taylor s’engage dans un combat contre le mal qui redonne du piment à sa vie.

Considéré comme un maître du roman noir, Ken Bruen brosse un portrait caustique de notre époque, à travers le regard d’un Irlandais perdu, pathétique et drôle.

Ken Bruen, "Munitions", Gallimard/Série Noire

Alors que l'inspecteur Brant se remet à peine de la mort d'Ed McBain, son idole, il se fait tirer dessus comme un vulgaire poulet par un trader de la City. Nash, le flic homo du commissariat, est chargé de l'enquête, épaulé par un collègue américain venu se former aux méthodes anglaises mais qui a une fâcheuse tendance à se prendre pour l'inspecteur Harry. De son côté, Falls, que nous avons connue si timide, devient chaque jour un peu plus l'alter ego féminin de Brant et part à la poursuite d'un "serial baffeur" qui sévit dans le voisinage. Sans oublier le conflit qui oppose des gangs pakistanais à une milice privée de septuagénaires et qui menace de dégénérer...

Ken Bruen & Reed Farel Coleman, "Tower", Rivages/Noir

Nick et Todd, deux amis d'enfance, l'un d'origine irlandaise, l'autre d'origine juive, ont grandi dans les rues de Brooklyn. Todd est devenu l'homme de Boyle, un gangster de la Côte Est. Nick est le fils d'un flic reconverti en agent de sécurité. Todd incite Nick à entrer dans la bande au moment où la police veut en finir avec Boyle. L'amitié de Nick et Todd résistera-t-elle quand violence et coups fourrés semblent tout emporter...

"Certaines n'avaient jamais vu la mer" de Julie Otsuka, éditions Phébus

Nous sommes en 1919. Un bateau quitte l'Empire du Levant avec à son bord plusieurs dizaines de jeunes femmes promises à des Japonais travaillant aux États-Unis, toutes mariées par procuration. C'est après une éprouvante traversée de l'Océan pacifique qu elles rencontrent pour la première fois à San Francisco leurs futurs maris. Celui pour lequel elles ont tout abandonné. Celui auquel elles ont tant rêvé. Celui qui va tant les décevoir. À la façon d'un choeur antique, leurs voix se lèvent et racontent leurs misérables vies d'exilées... leurs nuits de noces, souvent brutales, leurs rudes journées de travail dans les champs, leurs combats pour apprivoiser une langue inconnue, la naissance de leurs enfants, l'humiliation des Blancs... Une véritable clameur jusqu'au silence de la guerre et la détention dans les camps d'internement - l'État considère tout Japonais vivant en Amérique comme traître. Bientôt, l'oubli emporte tout, comme si elles, leurs époux et leurs progénitures n'avaient jamais existé.