Le choix des chroniqueurs du lundi 28 janvier

 François Weyergans et Daphné Taillieu
3 images
François Weyergans et Daphné Taillieu - © Tous droits réservés

Cinéaste, écrivain et académicien, François Weyergans, le Godard des lettres reçoit "Livré(s) à domicile" dans le faste de la luxueuse suite de l'hôtel Métropole qui porte son nom. Pour l'occasion, nos chroniqueurs Laurent Dehossay et Michel Dufranne ont opté pour le gratin des genres littéraires, la crème des polars et du livre d'art de l'année nouvelle.

David Goodis, "Retour à la vie", Rivages/Noir

 Publié en 1938, "Retour à la vie" est le premier roman de David Goodis. C'est le portrait d'une génération perdue, sur fond de guerre d'Espagne, de guerre sino-japonaise, d'alcool et de désœuvrement. C'est surtout le roman le plus autobiographique de son auteur. Il éclaire rétrospectivement l'œuvre entière et permet d'en juger l'importance et la cohérence.

Jan Fabre – « Journal de nuit – 1978/1984 » - Ed L’Arche

Il lui faut trois heures pour coucher trois phrases convenables. Il ne fait que biffer et réécrire, biffer et encore réécrire. Il fait sans cesse, dit-il, des fautes stupides parce que son imagination ne s'arrête jamais et qu'il réfléchit plus vite qu'il n'écrit. C'est Jan Fabre à Anvers à la fin des années 1970. À Amsterdam, à Arles et New York. Partout, il est l'homme révolté. Surtout contre le théâtre, cette machine à retardement qu'il veut révolutionner. Il est pressé et sans concession, vis-à-vis du monde et de lui-même. Il est l'artiste comme volonté et comme représentation.

À partir de 1978, Jan Fabre consigne ses pensées insomniaques. Ce premier volume réunit les carnets de 1978 à 1984. Jan Fabre nous plonge dans un labyrinthe peuplé de rites païens, de cérémonies nocturnes, de danses et de transes. Dans ce Journal parle un jeune homme qui s'est donné un but – il veut devenir artiste, un grand artiste. Tout le monde est contre lui, la critique, les directeurs de musées, les galeristes. Mais ces notices prouvent que rien ne peut l'arrêter. Il a la force et le talent pour réussir. Corps et esprit sont toujours éveillés et la nuit est là pour noter ses idées et exprimer, sans tabou, ses énergies