Le choix des chroniqueurs du lundi 24/9

Charly Delwart
4 images
Charly Delwart - © Tous droits réservés

La sélection de nos chroniqueurs, Michel Dufranne et Ysaline Parisis

Pour ce deuxième "Livr(é)s à domicile" de la saison consacré à Charly Delwart, nos chroniqueurs Michel Dufranne et Ysaline Parisis vont vous en conter!

«120 journées » de Jérôme Noirez – Ed Calman-Levy

Huit collégiens : quatre filles, quatre garçons âgés de douze à quinze ans. Ils se connaissent, s'ignorent, et se rendent au collège par des routes divergentes. Un soir, ils ne ressortent pas de leur établissement. Ils se réveillent à Silling, un lieu obscur, souterrain, mi-bunker mi-pensionnat où quatre mois durant, ils devront se plier à des rituels étranges, des simulacres scolaires, tantôt subjugués tantôt livrés à leur propre passivité, spectateurs et acteurs de drames sanglants. À ce récit se superpose celui d'un conteur radiophonique, chargé de s’adresser aux collégiens séquestrés depuis son ordinateur. Il se prête au jeu moyennant finance sans être convaincu d’avoir un auditoire. Le voilà qui narre des histoires d'adolescence drôles, tragiques, horrifiques, des contes de fées peuplés de princes-zombies et de limnées géantes. Entre le dedans et le dehors, le quasi-fantasme et le presque-réel, de bizarres conjonctions naîtront. " Parce que toute existence a besoin d'un récit… Ce n'est pas la puberté qui différencie l'enfant de l'adolescent, mais ce soudain déni de récit que les adultes imposent aux enfants quand ils décident de voir en eux autre chose. L'adolescent n'est qu'un enfant privé de récit, monsieur Duclos… "

« Féérie pour les ténèbres » de Jérôme Noirez – Ed Le Bélial

De partout, l’En-Dessous vomit la Technole. Sans que l’on sache pourquoi, sourd cette bouillie toxique et nauséabonde qui, en un autre temps, dans un univers bien différent, fit la fierté des hommes, le symbole même de leur domination sur le monde. Des hommes qui, aujourd’hui, exploitent les rebuts de cet univers disparu, mythique, dans des gisements à ciel ouvert aux allures de décharges en quête des oripeaux d’une gloire révolue…

Dans les rues de Caquehan la noire, capitale tentaculaire du royaume, Obicion enquête. Et l’officieur de justice a fort à faire. Le crime est odieux. Une jeune fille. Une adolescente. énucléée. Gorge tranchée ouverte en croix. Là où, précisément, pour la première fois, la Technole fit son apparition… Et à l’horreur s’ajoute l’étrangeté la plus absolue car très vite, il s’avère que les os de la victime sont en… plastique.

«Contes à rebours » de Nick Flynn – Ed Gallimard

Jouant sur les mots, N. Flynn évoque le compte à rebours d'un homme qui attend la venue de son premier enfant et qui est confronté à la réalité de la violence et de la terreur dans le monde. A partir de souvenirs d'enfance douloureux, l'écrivain s'interroge sur sa propre légitimité dans une société américaine qui est marquée pour toujours par les attentats du 11 septembre 2001.