La Malbête – Monsieur Antoine en Gévaudan

1765, la France a peur : une bête inconnue sème la terreur et la mort dans la région du Gévaudan. Le roi Louis XV a déjà dépêché sur place le chasseur Denneval, mais ses piètres résultats ne satisfont pas le roi, qui décide de le remplacer par Monsieur Antoine de Bauterne, porte-arquebuse de sa majesté. Monsieur Antoine se lie rapidement avec le jeune Bathélémy, dont il fait son palefrenier bien qu'il soit protestant. Ensemble, ils vont enquêter sur le mystérieux animal qui ne cesse de faire des victimes dans ce petit coin de campagne jusque-là paisible.

 

Du loup-garou au Chien des Baskerville, la littérature  dessinée ou non regorge de ces monstres tueurs mais la -elle, bien réelle- bête du Gévaudan s'en démarque par le nombre de victime qu'elle fit (de 88 à 124 selon les sources) dans les années 1764-1767 et de l'émoi qu'elle suscita.

 

De nombreuses hypothèses ont été émises sur la bête : loup, chien, ours, voire tueur en série. Ducourdray au scénario et Hamo au dessin apportent leur pierre à l'édifice par ce diptyque très documenté et riche en personnages historiques bien réels, tels Monsieur Antoine ou le libertin comte de Morangiès. La mise en place des personnages fait la part belle aux us et coutumes de l'époque et aux croyances paysannes, le tout sur un fond de guerre de religion. Le personnage -fictif- du jeune Barthélémy fait le lien entre les classes sociales de l'époque.

 

Au dessin, Hamo (Special Branch) use d'un trait plus proche des BD "à gros nez" que du dessin réaliste. Pourquoi pas ? Son style apporte de la légèreté au propos tout en préservant l'exactitude historique des faits. La mise en scène est classique et plaisante. Un bon point pour la couverture et son ambiance écrasante.

 

En bref : un premier tome fort plaisant pour amateur d'histoire et de mystères, vivement la suite.

 

La Malbête – Monsieur Antoine en Gévaudan par Hamo et Ducoudray chez Grand Angle

 

Denis MARC

2 images
La Malbête © Grand Angle - Hamo & Ducourdray - 2015