La double origine de l'expression "faire la grasse matinée"

La double origine de l'expression " faire la grasse matinée "
La double origine de l'expression " faire la grasse matinée " - © Tous droits réservés

La grasse matinée, voilà deux mots qui nous rappellent nos vacances, pendant lesquelles rien ni personne au monde ne devait nous forcer à ouvrir l’œil avant de l'avoir nous-même décidé !

L’origine de l'expression, elle, est de deux écoles. 

L’étymologie latine à la base

Certains pointent l’adjectif latin "crassus" employé pour désigner quelque chose (ou quelqu’un) d’ "épais", de "gras" ou "grasse" par extension.

L’expression, elle, serait dérivée d’une autre formulation datant du XVIe siècle où l’on disait plutôt "dormir la grasse matinée" pour évoquer le fait de rester longtemps "dans l’épaisseur du sommeil".

Un fantasme pour les rondeurs

La deuxième explication nous ramène à une époque lointaine à l’heure où la gent féminine affichait fièrement ses rondeurs plutôt que de les cacher honteusement.

Au XVIIe siècle, en effet, on disait des femmes de la haute société qu’elles se prélassaient tard le matin pour "faire du gras", pour grossir donc, et ainsi entretenir ce fantasme à leur égard.