La BD et le manga en chiffres

Les auteurs de "Magasin Général" :  Régis Loisel et Jean-Louis Tripp
Les auteurs de "Magasin Général" : Régis Loisel et Jean-Louis Tripp - © EMMANUEL DUNAND - AFP

Le marché de la bande dessinée s'est tassé en 2014 de 1% en euros courants mais reste dynamique, en dépit d'une production élevée et d'une forte concurrence, estiment les éditeurs de BD à la veille du Festival d'Angoulême.

Avec 4.856 nouveautés et nouvelles éditions (chiffres provisoires), la production en titres de bandes dessinées et de mangas est restée quasiment stable l'an dernier, selon les données Livres Hebdo/Electre.

Les ventes de BD au détail, qui évoluaient ces dernières années au-dessus de la moyenne du marché du livre, ont subi en 2014 le contrecoup de l'effet "Astérix chez les Pictes" de l'année précédente et enregistré un tassement sur les trois premiers trimestres de l'ordre de moins 0,7%, soit un chiffre proche de celui de l'ensemble du secteur (moins 0,6%), d'après les données 1+C/Livres Hebdo.

Selon l'institut GfK, le segment du manga a représenté en 2014, comme l'année précédente, 21% de l'activité du marché de la BD en valeur et 33% des volumes vendus, contre 32% en 2013. A eux seuls, les éditeurs Glénat, Pika, Kana, Ki-oon, Delcourt et Kurokawa assurent plus de 80% des ventes de mangas en valeur, précise le magazine spécialisé.

Les ventes de BD ont représenté au total en 2014, selon GfK, un chiffre d'affaires de 408,8 millions d'euros correspondant à 35 millions de volumes vendus.

Parmi les principales maisons d'édition, le groupe franco-belge Média-Participations (dont Dargaud, Dupuis, Le Lombard, Kana, Urban Comics) se taille la part du lion avec 24,7% des ventes en valeur en 2014, suivi par le groupe Delcourt (dont Delcourt, Soleil) avec 17,9% des ventes, et le groupe Glénat (dont Glénat, Vent d'Ouest) avec 12,1%, selon les données recueillies par GfK pour Livres Hebdo.

 

AFP Relax News