L'amour de la lecture s'apprend en famille

L'amour de la lecture s'apprend en famille
L'amour de la lecture s'apprend en famille - © Jose Luis Pelaez Inc - Getty Images

Les parents sont souvent anxieux face à la dépendance croissante de leurs enfants vis-à-vis des écrans. Et pour cause : 69 % des jeunes préfèrent les regarder plutôt que de se plonger dans un livre, selon une récente étude britannique. La faute ne repose pas seulement sur l'accès débridé aux nouvelles technologies, mais aussi sur l'environnement familial.

Ces dernières années, le secteur du livre observe avec inquiétude le déclin de la lecture chez les jeunes. Selon une récente étude de la maison d'édition Farshore, seuls 23% des enfants et des adolescents (jusqu'à 17 ans) ont lu pour le plaisir "tous les jours ou presque" l'année dernière. Ils étaient 38% en 2012. Le phénomène est particulièrement alarmant chez les plus petits puisque la proportion d'enfants de 3-4 ans qui lisent ou regardent des livres pour le plaisir "tous les jours ou presque" a presque diminué de moitié ces huit dernières années.


►►► lire aussi : Lire à voix haute peut aider à prendre confiance en soi


Si les écrans et les réseaux sociaux jouent un rôle dans ce désamour des jeunes pour la lecture, l'environnement familial n'est pas en reste. La grande majorité des parents (64%) souhaiteraient que leurs bambins se tournent plus vers les livres, ils sont néanmoins de moins en moins nombreux à lire en famille. Un tiers des enfants jusqu'à 13 ans ont participé à des activités autour de la lecture chez eux l'an dernier, contre 41% en 2012. 

Faire de la lecture une activité familiale

L'étude note également une baisse significative de la lecture à voix haute chez les 3-7 ans. Des âges après lesquels les parents ont tendance à arrêter de "lire des histoires" à l'heure du coucher. Si ce phénomène s'explique par la pression accrue que les parents subissent depuis le début de la pandémie, il repose également sur leur propre relation vis-à-vis de cette activité familiale.

Les recherches de Farshore montrent que les parents ne font généralement pas la distinction entre la lecture pour le plaisir et l'alphabétisation ; de nombreux parents considèrent la lecture comme un élément clé de l'éducation de leur enfant et une compétence à acquérir.

"Lorsque les enfants commencent à apprendre à lire de façon autonome, les parents estiment que leur rôle dans la pratique de la lecture diminue", peut-on lire dans l'étude

Et c'est une erreur.

En prenant le temps de tourner les pages d'un livre avec leur enfant, les adultes les aident à considérer la lecture comme un plaisir et non une corvée. Cette approche positive s'avère essentielle pour transmettre l'amour des lettres aux plus jeunes. Selon l'étude de Farshore, 57% des enfants férus de livres ont des parents qui disent avoir été élevés dans l'idée que la lecture est un plaisir. Seuls 11% de ces petits passionnés de littérature disent, au contraire, avoir grandi avec des parents qui n'aimaient pas lire. Plus intéressant encore  : 42% des parents ayant suivi des études supérieures affirment qu'on leur faisait souvent la lecture lorsqu'ils étaient enfants.

Archives RTBF : Jean-Louis Trintignant nous lit "Le Petit Prince"

En 1978, Jean-Louis Trintignant était d’accord de lire intégralement Le Petit Prince de Saint Exupéry, pour Roger Simons.