Jeu de Dames - Espionnage et conquête spatiale

Jeu de Dames
2 images
Jeu de Dames - © Bamboo/Grand Angle - Philan & Toldac - 2015

De Berlin à l'espace pour un jeune ingénieur allemand

Alors qu'il travaille avec Werner Von Braun à la conception des missiles V1 & V2, le jeune ingénieur Hugo Ebeling, témoin de la brutalité des nazis, décide de tout plaquer pour rejoindre la résistance allemande. Il y fait la connaissance d'Eva. Quelques mois plus tard, dans un Berlin en ruine, ils se marient dans une église abandonnée juste avant qu'un obus russe ne s'abatte près d'eux. Hugo, blessé, est récupéré par l'armée américaine qui a déjà mis le grappin sur Von Braun, tandis qu'il apprend le décès d'Eva, dont le corps se trouve désormais en territoire russe. Ayant tout perdu, il rejoint l'équipe de son ancien patron, désormais lancé dans la course à la conquête spatiale. Plus ou moins mis de côté par le gouvernement US qui veut une fusée spatiale 100 % yankee, l'annonce en octobre 1957 de la mise en orbite de Spoutnik va remettre l'équipe de transfuges allemands en selle. Mais, au fait, Eva est-elle bien morte ?

 

La période de lutte pour la conquête spatiale et celle de la Lune est particulier est un terreau des plus fertile à un grand nombre d'histoires d'espionnage. En pleine guerre froide, c'est la crédibilité et la grandeur de deux nations qui est en jeu. Philan et Toldac recréent cet univers de créativité scientifique et de méfiance permanente dans cette histoire en 2 tomes dont le premier vient de sortir chez Bamboo/Grand Angle.

 

Il faut bien admettre que ce premier tome scénarisé par Toldac se concentre surtout sur la mise en place des personnages, si l'on sent bien de ci, de là des comportements curieux de certains protagonistes, nous ne sommes pas dans un James Bond et il faut attendre les toutes dernières cases pour trouver un peu d'action dans cette histoire. On y gagne probablement en crédibilité ce que l'on y perd en punch.

Philan, dont c'est seulement le troisième album, montre une belle maîtrise au dessin : le trait est net et précis, la mise en scène tout à fait classique et les personnages passe-partout comme il siérait a de vrais espions. La carte du réalisme est jouée ici à fond par le dessinateur de "Tupac" où il misait plus sur l'action.

 

Annoncé en 4ème de couverture comme "l'une des plus incroyables machinations de l'histoire de la conquête spatiale", l'album ne manque pas d'intérêt et l'on peut attendre (et espérer) des retournements de situations dans le tome final.

 

En bref : bien fait, l'album plaira aux amateurs de BD classiques qui cherchent à passer un agréable moment de lecture sans prise de tête.

 

Jeu de Dames par Toldac et Philan chez Bamboo/Grand Angle

 

Denis MARC