Gauguin, loin de la route

Septembre 1903, dans une salle de vente, Victor Segalen achète pour sept francs une toile intitulée "Village Breton sous la Neige". Son auteur ? Paul Gauguin alors dans sa période impressionniste et membre de l'école de Pont-Aven.

C'est la seule toile de cette époque que l'on découvrira dans l'album, car celui-ci, fait de flashback et de retour sur la quête de Victor qui marche sur les traces de Gauguin, va rapidement s'axer sur la dernière partie de la vie de l'artiste aujourd'hui plus connu pour ses œuvres réalisées à Hiva Oa.

C'est un être entier, libertaire, refusant parfois avec violence le sort fait aux indigènes plus ou moins christianisés de force et soumis aux lois de la France colonisatrice que l'on découvre. Un homme qui s'oppose à l'église comme aux gendarmes ce qui lui vaudra un procès et une condamnation à laquelle il échappera par son décès des suites d'une blessure à la jambe jamais vraiment guérie et –probablement- d'une overdose. Mais cet être un peu anar est aussi avant tout un artiste dont la renommée grandissante ne lui échappait pas et qui, pour préserver sa légende, refusa de rentrer en métropole ou il aurait pu peut-être être soigné.

 

Le dessin de Christophe GAULTIER (Donjon Potron-Minet) est assez éloigné de celui de l'artiste dont il dessine la fin de vie : sombre, aux traits épais presque écrasants à l'image de la couverture de l'album, on s'y fait, toutefois, car cette noirceur cadre avec le caractère de l'homme qu'il décrit.

 

Au scénario, Maximilien LE ROY déjà auteur d'une biographie de Niezsche ne cache rien du caractère de Gauguin : à la fois follement amoureux de son lieu de vie et des femmes qui l'entourent et exécrant l'autorité qu'elle soit celle de la République ou celle de Dieu. On sent un grand travail de recherche de la part du scénariste qui adjoint en fin de volume quelques photos de l'artiste et de ses contemporains.

 

Pour fort intéressant qu'il soit, on pourrait juste reprocher à l'album de ne paraître qu'être un tome 2 d'une biographie du peintre. On aurait aimé en savoir plus sur son évolution tant artistique que psychologique, sur cette période impressionniste dans la métropole qu'il quitta pour les palmiers polynésiens..

Une expo sur l'album se tient au Centre Belge de la BD jusqu'au 5 janvier...

 

En bref : une étude sur un auteur plus complexe que ses toiles ne le laissent penser.

 

Gauguin, loin de la route par GAULTIER et LE ROY chez LE LOMBARD coll. Contre Champ

 

Denis MARC

2 images
Gauguin, loin de la route © LE LOMBARD / GAULTIER