Frères de Terroirs - Carnet de Croqueurs

Frères de Terroir
2 images
Frères de Terroir - © Rue de Sevres / Ferrandez & Camdeborde - 2014

Tour de France gastronomique pour un dessinateur et un cuisinier vedette

Yves Camdeborde est un cuisinier bien connu, père de la "Bistronomie", cette pratique qui consiste à servir de la grande cuisine dans un simple bistrot. Nous le suivons ici dans divers périples entouré d'amis, en visite chez ses "Frères de Terroir" : ces producteurs de vin, de beurre, ces ramasseurs de truffes ou sur les traces d'un vigneron décédé, tous passionnés, comme lui…

Tout ça est fort instructif, souvent intéressant même, pour qui la cuisine - même faite maison - ne devrait pas se limiter au trajet frigo–micro-onde mais être, sinon un art porté par quelques surdoués des fourneaux, tout au moins une recherche d'un plaisir et des meilleurs produits possibles.

Le problème de cet album, c'est qu'il donne l'impression d'être un peu décousu d'une part et de laisser le spectateur de côté d'autre part. En ne se mettant pas lui-même en scène dans le rôle du candide que serait son lecteur, le talentueux Jacques Ferrandez, qui nous avait proposé une excellente adaptation de "L'Etranger" de Camus, met ici trop de distance entre le chef et ses lecteurs. Illustration : dès la première scène, Camdeborde et quelques amis partent ensemble en train pour Gramenon, où se situe une truffière. Le long trajet est alors prétexte à une série d'évocations de souvenirs communs, apparemment forts plaisants mais auxquels nous semblons assister comme on assisterait au travers d'un aquarium à un ballet de poissons, sans pouvoir y prendre part, sans pouvoir "en être".

C'est dommage car on ressent bien par ailleurs le message que veulent faire passer Ferrandez et Camdeborde : celui d'une cuisine passion, possible grâce à la volonté farouche de quelques producteurs de ne pas ménager leurs efforts pour produire le meilleur de la terre, de résister à la tentation de la facilité pour le profit facile.

 

Au final, on termine la lecture de l'album avec un fort beau carnet d'adresses et la bouche pleine de salive à l'évocation de tel vin ou de telle recette de foie gras, mais aussi avec un petit goût de trop peu car la complicité que l'on aurait pu espérer avec ces passionnés manque à l'appel.

 

En bref : un album qui ne manque ni d'âme ni de respect pour les bons faiseurs, mais fait un peu trop "reportage".

 

Frères de Terroir par Ferrandez et Camdeborde chez Rue de Sèvres

 

Denis MARC