Fjällbacka mon amour

La Princesse des Glaces - couv
2 images
La Princesse des Glaces - couv - © Casterman / Bischoff & Bocquet

La Princesse des Glaces, une bien jolie adaptation en BD du roman de Camilla Läckberg chez Casterman.

Erica Falck revenue dans le village de son enfance à l'ouest de la Suède fait, par accident, la découverte du cadavre de son ancienne amie Alexandra, apparemment suicidée dans une baignoire d'eau gelée. Une mort étrange bientôt suivie de celle du principal suspect un peintre paumé et par ailleurs amant de la morte. Curieuse comme pas deux et aidée de l'inspecteur Hedström –son amoureux transi- elle va remonter le fil de l'histoire d'Alexandra jusqu'à déterrer les vilains petits secrets qui se terrent dans le pas si tranquille village de Fjällbacka.

 

Au croisement entre la miss Marple d'Agatha Christie et les personnages de Chabrol, les romans de Camilla LACKBERG sont au-delà de la mode du polar scandinave noir de noir façon Millenium. Elle décrit avec talent une communauté villageoise qui, pour protéger sa tranquillité, préfère cacher bien profondément ses petits secrets mesquins au risque de briser des vies.

 

L'adaptation qu'en font Léonie BISCHOFF (Hoodoo Darlin') et Olivier BOCQUET (La Colère de Fantomas) respecte la douceur du roman, on est loin ici des meurtres spectaculaires et des psychopathes tueurs. Tout se fait avec une grâce qui se traduit dans le dessin de BISCHOFF : les traits sont fins, les couleurs sont douces, un peu à la façon des livres pour enfants. Les flashback sont évoqués par des images d'une enfance heureuse aux couleurs passées comme les diapositives des vacances d'antan.

 

BOCQUET avait carte blanche de la part de Casterman pour adapter le premier roman de LACKBERG. Tout en respectant l'histoire, il a modifié les dialogues et l'ordre des scènes, ajoutant par ci, par là des éléments permettant de relancer l'enquête ou explicitant les motivations des protagonistes au travers d'une photo qui n'existe pas dans l'histoire originale.

On notera encore la très pratique galerie de personnage qui aide le lecteur "méridional" peu habitué aux noms à sonorité scandinave et la couverture véritablement splendide de l'album.

 

Au final, on a là un fort bon album de deux jeunes auteurs qui devrait être suivi des autres adaptations des romans de LACKBERG

 

En bref : pour les amateurs de polars classiques et pas niais.

 

La Princesse des Glaces par L. Bischoff et O. Bocquet d'après C. Läckberg chez Casterman.

 

Denis MARC