Des médias iraniens renouvellent la fatwa de mort contre l'écrivain Salman Rushdie

Des médias d'Etat iraniens ont renouvelé la fatwa (décret islamique) de mort à l'encontre de l'écrivain britannique Salman Rushdie. Une récompense de 600.000 dollars a par ailleurs été promise à celui qui la mettrait à exécution, rapportent dimanche plusieurs médias britanniques. Le 15 février 1989, une fatwa de mort avait été émise par l'imam Khomeiny, fondateur de la République islamique d'Iran, contre Salman Rushdie pour son roman "Les versets sataniques", qui avait été jugé blasphématoire. Le gouvernement du président réformateur Mohammad Khatami s'était engagé en 1998 à ce que l'Iran n'applique pas ce décret, qui avait poussé l'écrivain à se cacher pendant une dizaine d'années. Mais le guide suprême d'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, successeur de Khomeiny, avait réaffirmé en 2005 que Salman Rushdie était un apostat pouvant être tué impunément. L'année dernière, l'Iran avait encore décidé de boycotter la foire du livre de Francfort en Allemagne, à cause de la présence de l'écrivain britannique d'origine indienne. Ce dernier a raconté dans son ouvrage "Joseph Anton" (sorti en 2012) sa vie entre 1989 et 1998 sous la menace de cette fatwa.


Belga