Création du Prix Anaïs Nin, dont le lauréat sera promu à l'étranger

Nelly Alard
Nelly Alard - © MIGUEL MEDINA - AFP

Le Prix Anaïs Nin, seul prix littéraire français qui se veut orienté vers le monde anglo-saxon et dont le titre lauréat sera traduit en anglais, sera décerné pour la première fois le 26 janvier au restaurant parisien Victoria 1836.

Le jury de ce prix, fondé par les romancières Nelly Alard et Capucine Motte, est constitué d'auteurs français de renom et, ce qui est inédit, d'agents littéraires anglais et américains.

Il est destiné à promouvoir le livre élu auprès des éditeurs anglais et américains, et plus généralement à faire découvrir des auteurs français d'aujourd'hui à l'international.

Le prix, créé en hommage à Anaïs Nin, récompense une oeuvre qui se distingue par une voix et une sensibilité singulières, l'originalité de son imaginaire et une audace face à l'ordre moral.

Incarnant le cosmopolitisme artistique de la France, Anaïs Nin est l'un des rares écrivains à avoir été traduit à la fois du français vers l'anglais et de l'anglais vers le français.

Cinq titres ont été retenus pour cette première édition: "Vernon Subutex 1" (Grasset) de Virginie Despentes, "La Gaieté" de Justine Lévy (Stock), "Je vous écris dans le noir" de Jean-Luc Seigle (Flammarion), "Dans le jardin de l'ogre" de Leila Slimani (Gallimard) et "Un an après" d'Anne Wiazemsky (Gallimard).

Le prix est doté de 3.000 euros et la traduction en anglais de l'oeuvre primée est soutenue par les sociétés Coriolis et Very.

 

AFP Relax News