Coronavirus : il faut archiver les témoignages pour les générations futures

Archives en quarantaine
Archives en quarantaine - © capture d'écran du site officiel

Afin de préserver et archiver tous les témoignages écrits ou audio-visuels produits durant la crise sanitaire et la période de confinement, l'Association des archivistes francophones de Belgique (AAFB) et le Vlaamse Vereniging voor Bibliotheek (VVBAD) ont lancé au début du mois d'avril la plate-forme "Archives de Quarantaine" (#AQA).

À l'instar des initiatives déjà prises par l'Association des archivistes français, la Netwerk Digitaal Erfgoed aux Pays-Bas, ainsi que les Archives des villes de Bruxelles et de La Louvière, l'AAFB invite les citoyens belges à partager leurs témoignages sur leurs quotidiens bouleversés par la crise du coronavirus et le confinement.

Les associations professionnelles belges ont lancé le projet commun "Archives de Quarantaine: Dossier Covid-19" au début du mois d'avril afin d'encourager les centres et services d'archives à collecter les témoignages des citoyens de leur territoire ainsi que les ressources produites par les acteurs économiques et sociaux belges.

Pour répondre aux questions techniques liées à la récolte de ces sources et documents, le VVBAD et l'AAFB proposent la mise en place d'un "réseau de compétences" permettant l'accès à des fiches techniques et des échanges de bonnes pratiques sur les conditions de stockage des contenus, les métadonnées, le matériel d'enregistrement à prévoir ou encore les conventions à formaliser avec les donateurs des documents reçus.

Ce projet s'insère dans un mouvement international lancé par l'Unesco et l'ICA (International Council on Archives) et est disponible sur le site web archivesquarantainearchief.be.

A lire aussi : la carte blanche de Marie Cappart historienne généalogiste