Chili: le prix Nobel Pablo Neruda n'est pas mort empoisonné, mais l'enquête se poursuit

Pablo Neruda en compagnie du président chilien Salvador Allende
Pablo Neruda en compagnie du président chilien Salvador Allende - © HO - IMAGEGLOBE

Un groupe d'experts internationaux a écarté vendredi l'hypothèse de l'empoisonnement du poète et prix Nobel chilien Pablo Neruda, officiellement décédé d'un cancer dans les jours ayant suivi le coup d'Etat d'Augusto Pinochet en 1973, mais le dossier reste ouvert.

"Nous n'avons pas trouvé d'éléments chimiques significatifs qui puissent être liés à la mort de Pablo Neruda", a indiqué Patricio Bustos, directeur du Service médico-légal (SML) du Chili, en livrant les conclusions de l'analyse biochimique d'échantillons osseux du poète.

Diverses techniques complémentaires ont confirmé la présence de métastases dans divers segments du squelette en correspondance avec la maladie pour laquelle était traité M. Pablo Neruda, a-t-il précisé lors d'une conférence de presse.

Officiellement, le poète et opposant au coup d'État est mort des suites d'un cancer de la prostate.

Les examens réalisés par des universités espagnoles et américaines n'ont "pas permis de trouver l'étiologie de causes non naturelles dans la mort de Pablo Neruda", a ajouté l'expert.

Toutefois le juge Mario Carroza, chargé de l'expertise médico-légale tentant d'éclaircir les causes de la mort de Neruda, s'est opposé à la fermeture immédiate du dossier, précisant qu'il n'était pas en mesure d'affirmer si le poète avait été assassiné ou non.

Cette analyse visait à déterminer si Pablo Neruda était bien mort d'un cancer de la prostate le 23 septembre 1973, comme l'affirme son certificat de décès, ou s'il a succombé à une mystérieuse injection faite la veille de son départ pour le Mexique où il envisageait de s'exiler pour y diriger l'opposition au général Pinochet, comme l'affirme celui qui était à l'époque son chauffeur, Manuel Araya.


Belga