Après des propos controversés, J.K. Rowling se fait petit à petit boycotter par les fans d'Harry Potter

Une lectrice de "Harry Potter et l'enfant maudit" le jour de sa parution dans une librairie de Hong Kong le 31 juillet 2016.
Une lectrice de "Harry Potter et l'enfant maudit" le jour de sa parution dans une librairie de Hong Kong le 31 juillet 2016. - © Anthony WALLACE / AFP

Certains fans d'Harry Potter commencent à prendre leurs distances avec l'autrice anglaise, à la suite notamment de différents messages jugés transphobes postés sur les réseaux sociaux.

Le dernier message décrié de J.K. Rowling, la créatrice d'"Harry Potter", date de juin, il sous-entendait que les femmes transgenres n'étaient pas des femmes. Les réseaux sociaux se sont immédiatement enflammés.

Un début de boycott culturel est notamment visible au niveau des ventes d'ouvrages de l'autrice anglaise aux Etats-Unis. Des chiffres compilés par NPD BookScan montrent que les ventes de ses titres commencent à plafonner.

Variety rapporte que les ventes de livres physiques signés J.K. Rowling n'ont augmenté que de 10,9% en juin, alors que dans les mêmes cibles de vente (littérature jeunesse et ado), de nombreux auteurs ont enregistré une considérable progression ces dernières semaines.

De plus, les ventes de livres physiques de l'univers "Harry Potter", signés Rowling ou d'autres auteurs sous licence, n'ont progressé que de 7,7% en juin aux Etats-Unis.

On notera que les chiffres NPD BookScan ne prennent pas en compte les ventes de livres audio, de livres électroniques, ni de ventes directes d'éditeurs, qui ont pu être récemment dopées par le lancement du portail "Harry Potter At Home" sur WizardingWorld.com.

Bien que NPD Group n'ait pas livré de commentaires concernant le ralentissement des ventes de J.K. Rowling, ses contre-performances arrivent alors que l'autrice se voix accusée de transphobie suite à différents messages postés sur les réseaux sociaux ces derniers mois.

De nombreux acteurs de la sphère cinématographique ”Harry Potter” se sont récemment désolidarisés des propos de l'écrivaine, notamment Daniel Radcliffe (qui a campé Harry à l'écran), Eddie Redmayne, Noma Dumezweni et Emma Watson (alias Hermione).

Deux grands sites de fans de la franchise, Leaky Cauldron et Mugglenet, ont aussi annoncé qu'ils n'allaient plus couvrir les propos personnels de J.K. Rowling.

"Nous trouvons qu'utiliser son influence et ses privilèges pour cibler des personnes à la marge s'éloigne du message d'adhésion et d'émancipation que nous trouvons dans ses livres et célébré par la communauté d'Harry Potter", ont noté les deux associations dans un communiqué conjoint.

En réponse à cette controverse, J.K. Rowling s'est fendue d'un long message sur son blog personnel le 10 juin dernier, dans lequel elle a défendu ses positions et révélé avoir subi des violences conjugales de la part de son ex-compagnon. L'affaire n'est pas close...