Le jury du prix Femina annonce ses finalistes

Luc Lang est en lice pour le prix Femina avec "La tentation".
Luc Lang est en lice pour le prix Femina avec "La tentation". - © JOEL SAGET / AFP

Le jury exclusivement féminin du prix Femina a dévoilé mercredi le nom de ses six finalistes pour son prix qui sera décerné le 5 novembre. Dans la catégorie étranger, le Femina a retenu cinq noms et neuf dans la catégorie essai.

L'an dernier, le prix Femina avait été décerné à Philippe Lançon pour "Le lambeau" (Gallimard) tandis que le prix Femina étranger avait été attribué à la romancière américaine Alice McDermott pour "La neuvième heure" (La Table ronde), traduit de l'anglais par Cécile Arnaud. Le Femina essai avait récompensé Élisabeth de Fontenay pour "Gaspard de la nuit" (Stock).

 

Voici la liste, par ordre alphabétique d'auteurs, des finalistes du Femina

Romans français

- Dominique Barbéris, "Un dimanche à Ville-d'Avray" (Arléa)

- Michael Ferrier, "Scrabble" (Mercure de France)

- Luc Lang, "La tentation" (Stock)

- Sylvain Prudhomme, "Par les routes" (Gallimard)

- Alexis Ragougneau, "Opus 77" (Viviane Hamy)

- Monica Sabolo, "Eden" (Gallimard)

 

Romans étrangers

- Giosuè Calaciura, "Borgo Vecchio", traduit de l'italien par Lise Chapuis (Notabilia)

- Jonathan Coe, "Le cœur de l'Angleterre", traduit de l'anglais par Josée Kamoun (Gallimard)

- Arno Geiger, "Le grand royaume des ombres", traduit de l'allemand (Autriche) par Olivier Le Lay (Gallimard)

- Edna O'Brien, "Girl", traduit de l'anglais (Irlande) par Aude de Saint-Loup et Pierre-Emmanuel Dauzat (Sabine Wespieser)

- Manuel Vilas, "Ordesa", traduit de l'espagnol par Isabelle Gugnon (Éditions du Sous-Sol)

 

Essais

- Jean-Michel Delacomptée, "La Bruyère, portrait de nous-mêmes" (Robert Laffont)

- Michel Desmurget, "La fabrique du crétin digital" (Seuil)

- Romain Graziani, "L'usage du vide" (Gallimard)

- Frédéric Joly, "La langue confisquée" (Premier parallèle)

- Emmanuelle Lambert, "Giono furioso" (Stock)

- Bertrand Leclair, "Débuter, comment c'est" (Agora poche)

- Bulle Ogier et Anne Diatkine, "J'ai oublié" (Seuil)

- Martin de la Soudière, "Arpenter le paysage" (Anamosa)

- Anne-Marie Thiesse, "La fabrique de l'écrivain national" (Gallimard)