Décès du philosophe Clément Rosset

Clément Rosset
2 images
Clément Rosset - © DR site officiel du philosophe

Le philosophe iconoclaste Clément Rosset qui n'hésitait pas à mêler dans ses écrits les œuvres de Kant et d'Hergé, a été retrouvé mort à son domicile mardi, a annoncé mercredi à l'AFP son éditrice Irène Lindon, la patronne des éditions de Minuit.

Âgé de 78 ans, "Clément Rosset a été retrouvé mort dans son appartement parisien le 27 mars 2018", a indiqué l'éditrice dans un communiqué.

Au travers de son œuvre, le philosophe qui avouait son dédain pour l'actualité avait entrepris de réfuter toutes les illusions que les hommes nourrissent au sujet du réel.

Après l'avoir fait en métaphysique avec "Le Réel et son double" (Gallimard, 1976) ou "Le Réel. Traité de l'idiotie" (Minuit, 1977), il s'était attaqué à la quête de soi dans "Loin de moi. Étude sur l'identité" (Minuit, 1999).

Ancien élève de l'École normale supérieure (Ulm), agrégé de philosophie, docteur ès lettres, il a enseigné pendant 31 ans la philosophie à l'Université de Nice avant de retourner définitivement à Paris.

Ces études s'accompagnaient de réflexions diverses sur le cinéma, la littérature et surtout la musique, laquelle a occupé une place centrale dans sa vie et dans sa pensée ("Propos sur le cinéma", PUF, 2011, "Matière d'art", Le Passeur, 1992, "Question sans réponse", Encre marine, 2013).

Le style de Clément Rosset se caractérisait par l'absence de jargon, sa grande clarté et son humour décapant. Peu chéri des universitaires - il mélange les citations de Kant et Hegel avec des répliques de Courteline et de Hergé -, et réticent aux communications académiques, ce penseur-écrivain inclassable était cependant parvenu à se faire une place majeure dans la philosophie contemporaine internationale. Ses livres ont été traduits dans une douzaine de langues.

Réservé quant à sa vie privée, il venait de publier néanmoins un recueil d'entretiens avec son ami, traducteur et collaborateur Santiago Espinosa, "Esquisse biographique" (Encre marine, 2017), où il relatait avec humour les moments marquants de sa vie et de sa philosophie.

Il préparait un ouvrage sur la joie de vivre, "L'Endroit du paradis", qui paraîtra en avril aux éditions des Belles Lettres dans la collection Encre marine.