Décès de l'auteure de "Prozac Nation", ouvrage de référence sur la dépression

Elizabeth Wurtzel, auteure du livre "Prozac Nation", considéré comme un éclairage marquant sur la dépression chronique et le célèbre antidépresseur, est décédée mardi à 52 ans des suites d'un cancer.
Elizabeth Wurtzel, auteure du livre "Prozac Nation", considéré comme un éclairage marquant sur la dépression chronique et le célèbre antidépresseur, est décédée mardi à 52 ans des suites d'un cancer. - © Dan Callister/Shutterstock

L’écrivaine américaine Elizabeth Wurtzel, auteure du livre "Prozac Nation", considéré comme un éclairage marquant sur la dépression chronique et le célèbre antidépresseur, est décédée mardi à 52 ans des suites d’un cancer, selon le New York Times. L’agence littéraire qui représente Elizabeth Wurtzel n’a pas été en mesure de confirmer l’information, donnée au New York Times par l’écrivain David Samuels, ami de l’auteure. Celle-ci avait annoncé publiquement en 2015 être atteinte d’un cancer du sein et a depuis souvent écrit sur l’évolution de la maladie et ses traitements, notamment sur son compte Twitter.

Diplômée des universités de Harvard et de Yale, journaliste, critique, auteure, Elizabeth Wurtzel est devenue célèbre après la publication en 1994 de "Prozac Nation", autobiographie qui détaille la dépression dont elle a souffert enfant, adolescente et adulte. L’ouvrage a contribué à la naissance d’un genre littéraire encore embryonnaire et a alimenté le débat sur les maladies mentales, sujet encore largement tabou à l’époque.

"Prozac Nation" a été adapté au cinéma en 2001 par Erik Skjoldbjaerg, avec la comédienne américaine Christina Ricci dans le rôle principal. Le livre évoquait aussi le Prozac, médicament antidépresseur mis sur le marché aux États-Unis en 1988 et prescrit depuis à des dizaines de millions de patients. Avec l’aide d’un traitement médicamenteux, Elizabeth Wurtzel a dit avoir réussi à atténuer les effets de sa dépression.

"Je lutterai toujours, d’une manière ou d’une autre, contre la dépression", expliquait-elle néanmoins en 2009, dans un entretien au blog de l’université de New York (NYU). Elizabeth Wurtzel avait également publié "More, Now, Again" (2002), qui évoquait son addiction à la drogue et plusieurs séjours en cure de désintoxication, ainsi que "Bitch" (1998), une série d’essais sur des femmes célèbres.