Stéphane Bissot, après moi les mouches

Stéphane Bissot
4 images
Stéphane Bissot - © Tout le Baz'Art

Porter un prénom masculin n'a jamais été simple pour la comédienne Stéphane Bissot. Pourtant, en l'appelant Stéphane, prénom prémonitoire, ses parents avaient une femme en tête et de plus une fameuse actrice : Stéphane Audran qui  a tenu le haut de l'affiche dans les années septante, en jouant notamment dans "Le festin de Babette" de Gabriel Axel  et "Le charme discret de la bourgeoisie" de Luis Bunuel. Mais aujourd'hui, si un prénom colle aux basques de Stéphane, c'est Astrid, madame Astrid. Durant trois saisons, de 2006 à 2009, elle a joué avec gouaille et sensibilité la tenancière du "Melting-pot café", madame Astrid, dans la toute première série télé de la Belgique francophone, un rôle qui lui a valu une belle renommée et qui lui a ouvert la voie vers le cinéma, où elle joue depuis dans quatre à cinq films par an.

Mais c'est au théâtre qu'elle a commencé, il y a quasi vingt ans : après avoir suivi les cours du Conservatoire de Bruxelles, puis de Liège, Stéphane décroche son premier rôle dans le Décameron de Boccace mis en scène par Dominique Serron pour l'Infini théâtre, en 1996. Puis, elle suit l'aventure des Baladins du miroir, en jouant Marivaux et Ghelderode, entre autres. En 2003 et 2004, elle part en tournée au Sénégal avec "Le collier d'Hélène" de Carole Frichette, mis en scène par Guy Theunissen. Après les avoir un peu délaissées pour le cinéma, elle va bientôt remonter sur les planches, au Théâtre Varia, pour un seul en scène dont elle a elle-même écrit le texte, "Après nous les mouches", une première. Ce récit librement inspiré de sa propre vie, à la fois drôle et émouvant, fait revivre les morts de sa famille, et avant tout son père, Claude Bissot, footballeur au Sporting de Charleroi, dans les années soixante, à la grande époque ; un texte mis en scène par Brigitte Bailleux et accompagné des vidéos de Thomas Israël et des créations sonores de Marc Doutrepont

Si le cinéma fait souvent appel Stéphane, elle y joue surtout des seconds rôles et doit parfois se contenter d'y camper une silhouette, mais elle y apporte toujours sa patte et un supplément d'âme. Stéphane peut tout jouer, comédie ou drame, sa palette de jeu est très large, ce qui lui vaut de nombreux engagements, en Belgique comme en France. Elle a joué pour les Frères Dardenne, dans "L'enfant" et "Le silence de Lorna", Fabrice du Welz, dans "Alleluia" et dans tous les films de Joachim Lafosse, dont "A perdre la raison" dans lequel elle joue la sœur d'Emilie Dequenne, la mère infanticide. Son dernier rôle, plus conséquent, lui tient particulièrement à cœur : dans le film français de Stéphane Robelin, "Un profil pour deux", elle joue la fille de Pierre Richard en compagnie de la jeune actrice belge, Stéphanie Crayencour, qui joue, elle, sa propre fille.

Et Stéphane, qui décidément plusieurs cordes à son arc, pousse aussi la chansonnette. Depuis quelques années, elle se constitue un petit répertoire : elle écrit ses propres textes, pleins d'humour et de tendresse, et compose parfois les mélodies qu'elle chante avec le groupe "Simone", accompagnée de  la bassiste Bo Waterschoot, qui signe les arrangements et de la violoniste et mandoliniste Sophie Debeer.

 

Dans son Tout le Baz'Art, Stéphane Bissot a tenu à montrer l'envers du décor du dur métier de comédien : à la FGTB, elle tente de se mettre en ordre vis-à-vis du chômage et de s'y retrouver dans ses multiples contrats pour prolonger son statut d'artiste, une vraie galère. Elle emmène ensuite Hadja Lahbib au théâtre Varia, où elle retrouve la directrice Sylvie Somen et es vieux complices de la Compagnie éphémère, les metteurs en scène Brigitte Bailleux et Guy Theunissen. Avec le journaliste sportif Thierry Luthers, elle évoque la figure de son père footballeur. Et elle finit en chanson, au Cali club avec Stéphanie de Crayencour et chante avec Bo Waterschoot à la basse et Alice van de Voorde à la guitare.

 

TOUT LE BAZ'ART de Stéphane Bissot

ARTE, 19 février, 16h55.

LA TROIS, 23 février, 23h20.

 

Stéphane Bissot sera au Petit Varia du 14 au 25 mars pour "Après nous les mouches".