Anne Coesens : une vie, mille vies..

Anne Coesens vient d'être doublement honorée aux Magritte, avec le Magritte de la meilleure actrice dans un second rôle pour "Tous les chats sont gris", le film de Savina Dellicourt, récompensé également comme Magritte du premier film.

Lorsqu'elle reçoit le Magritte de meilleure actrice 2011 pour sa fabuleuse interprétation d'une réfugiée dans le film "Illégal" d'Olivier Masset-Depasse, Anne Coesens a déjà une sacrée carrière derrière elle. Une carrière entamée dès l'école où sa prof de récitation lui donne le goût des textes et du jeu avec quelques unes de ses copines de banc qui ont elles aussi fait leur petit bonhomme de chemin saltimbanque. Sa vocation précoce ne la lâchera jamais. Ses parents l'obligent à faire des études universitaires : elle décroche un diplôme d'ingénieur commercial à l'école Solvay de l'Université Libre de Bruxelles qu'elle n'ira jamais chercher, car en même temps elle suit les cours de Michel de Warzée au Conservatoire de Bruxelles puis s'envole à Paris pour suivre les cours d'art dramatique de Philippe Adrien. En France, elle décroche ses premiers rôles, au théâtre d'abord, (Le songe d'une nuit d'été, Cyrano de Bergerac, Un lion en hiver...) puis à la télévision. Elle multiplie les apparitions dans les téléfilms et dans ce qu'on appelle pas encore les séries (Une soupe aux herbes sauvages, Brigade spéciale, Reporters...) Anne Coesens peut tout jouer et elle joue tout : institutrice de campagne, flic, journaliste d'investigation, femme fatale, veuve jalouse...

Curieusement, le cinéma ne s'intéresse pas vraiment à elle : après sa courte apparition dans "La puritaine" de Jacques Doillon, Anne Coesens devra patienter plusieurs années avant de décrocher des rôles significatifs pour le grand écran, et ce grâce à des réalisateurs belges qui ont pu déceler chez elle son potentiel dramatique et sa capacité à jouer tous les rôles : Alain Berliner lui confie le premier rôle de son court-métrage "Le jour du chat", puis celui de l'institutrice dans son premier long "Ma vie en rose", Marian Handwerker la choisit dans "Pure fiction", ... et surtout elle joue dans le premier court métrage d'Olivier Masset-Depasse "Chambre froide". Le réalisateur, devenu son compagnon la fera jouer dans ses autres films, dont "Cages" jusque sa remarquable prestation dans "Illégal" qui lui vaudra donc un Magritte. Une collaboration fructueuse et une complicité artistique qui ne sont pas prêtes de s'arrêter : Anne Coesens jouera cette année dans le nouveau film d'Olivier Masset-Depasse, dont le scénario est l'adaptation d'un roman de l'auteure belge Barbara Abel "Derrière la haie". Elle y tiendra un rôle à sa mesure : celui d'une mère qui a perdu son enfant et sombre petit-à-petit dans la haine et la folie.

En 2014, elle joue dans le film de Savina Dellicour, "Tous les chats sont gris" qui vient de recevoir le Magritte du meilleur premier film. On la verra également en 2016 dans "La trêve", la très attendue série policière belge, issue de l'appel à projet de la Fédération Wallonie-Bruxelles et la RTBF, et entièrement tournée dans les Ardennes.

 

Dans Tout le Baz'Art, c'est une femme débordante de vie, au rire communicatif, au regard lumineux qui emmène Hadja Lahbib à la découverte des vies qu'elle aurait pu vivre si sa carrière de comédienne avait tourné court : Anne Coesens se serait bien vue ingénieure agronome, veillant comme une semencière des Avins sur la patrimoine génétique des légumes de nos potagers; ou encore sage-femme à l'Hopital Erasme, aidant les mères à donner la vie dans les conditions les plus naturelles possibles; mais elle ne se voyait surtout pas ingénieure commerciale, son diplôme officiel, même si, à l'époque, elle avait rédigé un mémoire consacré au statut de l'artiste... Et sa vie, sa vraie vie, elle la vit comme elle l'a voulu depuis l'enfance, en incarnant mille autres femmes, mille autres vies pour les planches, le petit et le grand écran et pour notre plus grand bonheur.

 

TOUT LE BAZ'ART d'ANNE COESENS

JEUDI 11 février 23h19 LA TROIS DE LA RTBF