Décès de Toots Thielemans - Michel Herr et Philip Catherine saluent la mémoire d'un virtuose

Décès de Toots Thielemans - Michel Herr et Philip Catherine saluent la mémoire d'un virtuose
Décès de Toots Thielemans - Michel Herr et Philip Catherine saluent la mémoire d'un virtuose - © JOHN THYS - BELGA

Les guitariste Philip Catherine et pianiste Michel Herr, qui ont côtoyé Toots Thielemans au cours de sa carrière, ont salué la mémoire d'un virtuose, auteur d'une oeuvre empreinte de rigueur et d'émotions. Le jazzman belge s'est éteint ce lundi à l'âge de 94 ans.

Michel Herr, pianiste bruxellois et compositeur de jazz et de musiques de films, a accompagné Toots Thielemans pendant près de 20 ans, notamment dans un quartet avec Bruno Castellucci et Michel Hatzigeorgiou. Il le décrit comme l'un des plus grands musiciens de jazz à l'échelle internationale, un Belge qui a fait carrière en jouant avec les plus grands noms du jazz comme Benny Goodman, George Shearing, Jaco Pastorius, etc.

"Ce qui m'a toujours impressionné chez lui c'est son lyrisme et la faculté qu'il avait de faire passer une émotion bouleversante au travers d'un instrument qui au départ est considéré comme mineur et presque injoué", confie Michel Herr. "Il a transposé ses connaissances de l'harmonie et de la mélodie pratiquées sur la guitare à l'harmonica au point d'en faire un instrument extrêmement développé avec une très forte expressivité. Ce qu'on va retenir de lui c'est ce lyrisme, cette faculté d'émouvoir dans une mélodie. C'est un talent que peu de musiciens ont", commente le pianiste.

De son côté, Philip Catherine, qui a connu Toots Thielemans dans les années 60, décrit l'oeuvre de ce dernier comme un mélange d'émotions et de rigueur. "Il était très émotif dans sa musique, très blues, mais en même temps il était très rigoureux. C'est assez rare. Souvent les gens sont rigoureux et ennuyeux et d'autres uniquement émotifs. Lui avait ce bel équilibre", explique-t-il.

Multi-instrumentiste, Toots Thielemans "utilisait la guitare comme un outil de travail pour appréhender la musique et ce qu'il découvrait à la guitare il le jouait après à l'harmonica", poursuit Philip Catherine. "Dans les années 80, lorsqu'il a souffert d'un AVC et qu'il a été paralysé du bras gauche, je l'ai vu retravailler des gammes comme un débutant avant de rejouer de la guitare peu de temps après. Il faut vraiment beaucoup de volonté et de persévérance pour faire ça."

Le guitariste se souvient encore de l'humour de Toots Thielemans. "Il racontait tout le temps des blagues, encore il y a quelques jours à l'hôpital...", conclut-il.

 


Belga