L'Encrage ardennais, tout Comès à l'Abbaye de Stavelot

L’Encrage ardennais, tout Comès à l’Abbaye de Stavelot
11 images
L’Encrage ardennais, tout Comès à l’Abbaye de Stavelot - © RTBF Thierry Bellefroid 2019

Sa disparition, en mars 2013, quelques semaines après une exposition à Angoulême, a laissé un vide. Didier Comès était l’un des plus grands auteurs de la bande dessinée belge. Silence, son oeuvre la plus connue, a suffi à elle seule à installer son nom au sommet. Une très belle exposition lui rend hommage à Stavelot jusqu’en janvier 2020.

L’Abbaye de Stavelot, un cadre idéal pour accueillir l’oeuvre de ce poète des ombres en guerre avec le clergé. Désacralisée, rachetée par la Région Wallonne en 2002, l’abbaye impose ses magnifiques volumes à quelques kilomètres de la Haute Fagne, décor presque unique des histoires de Comès. Né à Sourbrodt d’un père germanophone et d’une mère francophone pendant la Seconde guerre mondiale, Didier Comès allait être profondément marqué par ses origines bâtardes comme il les appelait, mais aussi par l’absurdité et la cruauté de la guerre.  Ses albums allaient témoigner de son intérêt pour les exclus - nains, handicapés, marginaux de toute sorte - et de sa fine analyse du monde rural - ses luttes de pouvoir, sa soumission au clergé pour les uns, aux forces occultes pour les autres, son étroitesse d’esprit, parfois. Une oeuvre percutante, presque intégralement sauvée. L’auteur avait en effet vendu très peu de planches de son vivant. Et sa famille a eu l’excellente idée de céder le reste à la Fondation Roi Baudouin, laquelle en a confié la gestion au musée Piconrue de Bastogne, initiateur d’une première exposition similaire, il y a deux ans.

Au rez-de-chaussée de l’abbaye, on découvre les aspects les plus connus du travail de l’auteur de Silence et de La Bellette, mais aussi de L’Ombre du Corbeau ou des Aventures d’Ergün L’Errant, ses premiers travaux. Découvrir ses planches dans le décor de la chapelle est saisissant.

plus d'info sur l'oeuvre de Comès

Mais c’est surtout sous les combles, dans l’entremêlement de pierre grise et de charpente, que vous pourrez apprécier tous les aspects de l’oeuvre, thème par thème. Des vitrines avec quelques objets et des panneaux explicatifs tissent les liens qui existent entre ce maître du noir et blanc et sa région d’origine. Cette exposition est l’occasion de revoir une fois encore des planches d’une stupéfiante beauté. Personne d’autre, en Belgique, n’a jamais utilisé avec tant de talent l’opposition des noirs et des blancs pour raconter des histoires.

Ouverte pendant plus d’une année, l’exposition se donne le temps d’accueillir tout le monde. Et pour les vrais amateurs, ce sera l’occasion de s’y rendre plusieurs fois, puisque les planches seront intégralement changées tous les quatre mois.

Didier Comès, L’Encrage ardennais, à voir à l’Abbaye de Stavelot du 20/12/2018 au 05/01/2020

Une archive

Retrouvez le reportage portrait diffusé au JT lors du décès du dessinateur.