Le spectacle "A Dance for Greta" sur Auvio: un appel onirique à une prise de conscience écologique

C’est un spectacle coup de poing et émouvant que nous proposent Jean-Michel Van den Eeyden et Fatou Traoré. Un spectacle qui porte la parole d’une figure clivante, celle de la militante écologique suédoise Greta Thunberg.

Connue pour ses prises de paroles tranchées, Greta Thunberg est érigée par ses partisans en une icône de la cause écologique. Ses détracteurs quant à eux n’hésitent pas à la qualifier de " petite suédoise mentalement malade ". Quoi qu’il en soit, depuis l’été 2018, elle est devenue une personnalité incontournable du paysage médiatique. Initialement présentée comme étant seule contre tous pour affronter les puissants, elle s’inscrit en fait dans une lignée d’individus composée aussi bien de scientifiques que de simples citoyens qui alertent depuis plus de 30 ans sur les dangers du réchauffement climatique. Parmi eux, la canadienne Severn Cullis-Suzuki qui prononçait en 1992 au Sommet de Rio un discours interpellant sur l’état de la Terre, ou encore le Chef sioux Seattle, chef des tribus Duwamish et Suquamish, qui s’exprimait en 1954 devant le gouverneur américain Isaac Stevens. Sur le plateau du Charleroi danse / Les Ecuries, ces discours résonnent à nouveau, portés à la fois par Cassandre Cantillon et les danseuses de Temps Danses Urbaines, mais aussi par les vidéos de Guillaume Hennebicq. Dès lors, on comprend que la figure de Greta est un prétexte pour mener une réflexion plus large autour de notre rapport – individuel et collectif – à la planète bleue ; honorer sa beauté et sa diversité, ses peuples et ses espèces (animales ou végétales) qui menacent de disparaître ou ont déjà disparu.

 

Jean-Michel Van den Eeyden n’en est pas à son premier coup d’essai comme metteur en scène. Dans son œuvre, il porte un regard aiguisé sur le monde, s’inscrivant dans une démarche artistique ancrée dans le réel. Il a notamment monté La Route du Levant de Dominique Ziegler, une pièce traitant de la radicalisation religieuse violente (créé au Festival du Off d’Avignon en 2017). Pour cette nouvelle création autour de l’écologie, il a sollicité la danseuse et chorégraphe Fatou Traoré. Celle qui travaille comme chorégraphe depuis 1999 est une artiste éclectique dont la démarche vient d’une rencontre permanente du corps avec d’autres disciplines telles que la musique, le cirque, le théâtre, les arts plastiques ou encore le cinéma. Dans ce plaidoyer pour une transformation écologique et solidaire, Jean-Michel Van den Eeyden et Fatou Traoré dirigent cinq danseuses qui semblent tout juste sorties de l’école. En effet, Cassandre Cantillon est accompagnée sur scène par Ameline Cosse, Lila Di Pietro, Lilah Maliati et Nina Scatola. Toutes sont élèves à Temps Danses Urbaines, une école de Charleroi qui cherche à impliquer la danse urbaine dans des projets culturels, artistiques, éducatifs et participatifs. Ces jeunes danseuses forment un chœur à la présence dense. Tour à tour, elles exécutent des figures de hip-hop ou brandissent des pancartes qui portent des slogans divers comme " Pollutions, Solutions ! ", " Arrêtez de niquer la mer ! " ou encore " Pas de nature, pas de futur " , tandis que défilent derrière elles des images des médias : Donald Trump déclarant que "le réchauffement climatique est en grande partie un canular", Greta Thunberg annonçant que " le changement arrive, que vous le vouliez ou non " ; mais aussi des images d’espèces en voie de disparition, de forêts dévastées, … D’autres images, plus belles, suivront : des arbres, des fleurs, le ciel, la mer, les fonds marins, … Des images montrant la richesse de la faune et de la flore. Des images de mères et leurs petits (que ce soit chez les hommes ou chez les animaux), qui nous rappellent au passage que l’homme est un animal comme les autres…

1 images
© DR

 

A Dance for Greta met en dialogue différentes pratiques artistiques comme le théâtre, la danse, la vidéo. Les lumières créent par Arié van Egmond et la musique de Rémon Jr soutiennent le propos admirablement. A la fin du spectacle, Cassandre Cantillon se tient debout devant un micro. Le chœur de danseuses est à l’autre bout de la scène et la regarde attentivement, dans l’attente de sa prise de parole. Cassandre Cantillon tient des fiches à la main. Elle égrène, un à un, les noms des animaux disparus. Le chœur traverse le plateau pour la rejoindre. A chaque énumération, une danseuse tombe au sol, figurant la disparition du crapaud doré, de l’otarie du Japon ou du loup de Tasmanie. Cassandre Cantillon se retrouve seule sur le plateau qu’une lumière rouge envahie. Elle effectue un dernier solo de danse avant de quitter la scène dans la pénombre. Sur l’écran s’affichent des extraits du discours du Chef Seattle :

Si la fraîcheur de l’air et le murmure de l’eau ne nous appartiennent pas, comment peut-on les vendre ? La terre n’appartient pas à l’homme. C’est l’homme qui appartient à la terre. Toutes les choses sont liées entre elles. Ce n’est pas l’homme qui a tissé la trame de la vie, il en est seulement un fil. Tout ce qu’il fait à la terre, il le fait à lui-même.

L’écran s’éteint, la salle se rallume, les danseuses se relèvent. Elles se masquent avant de saluer sobrement. La caméra se tourne vers la salle vide. On s’interroge. Serait-ce une façon de nous rappeler que les épidémies sont favorisées par la déforestation? L’Homme serait-il seul responsable de son malheur ? Le générique indique :

"A Dance for Greta " est dédié à toutes les personnes qui à travers le monde se dressent pour éviter le désastre écologique.

 

Le spectacle A Dance for Greta est à découvrir en streaming sur le site Auvio de la RTBF. Ce spectacle fait partie de la cinquantaine de captations en cours de réalisation par la RTBF et la Fédération Wallonie-Bruxelles pour soutenir le secteur du spectacle vivant, durement touché par les mesures gouvernementales prises pour endiguer la propagation du coronavirus. Pour en savoir plus sur ce spectacle, nous vous proposons de découvrir une interview de la chorégraphe Fatou Traoré sur Musiq3.

 

La chorégraphe Fatou Traoré au micro de François Caudron dans l’info culturelle

A Dance for Greta – Avant que l’hiver ne devienne été

Collaboration artistique, mise en scène et chorégraphie Jean-Michel Van den Eeyden / Fatou Traoré

Interprétation Cassandre Cantillon,  Ameline Cosse, Lila Di Pietro, Lilah Maliati, Nina Scatola

Création musicale Rémon Jr

Création lumière Arié van Egmond 

Création vidéo Guillaume Hennebicq

Encadrants Temps Danses Urbaines Mona-Lisa Maglio, Rachid Esserhane 

Régie générale et régie son, Benoît Vanderyse

Régie lumière et vidéo Camille Loquet 

Régie plateau Jean Roesing

Production L’ANCRE - Théâtre Royal

 Coproduction Charleroi danse, centre chorégraphique de Wallonie-Bruxelles

Soutien Eden | Centre Culturel de Charleroi