Le Grrrand Roman-Feuilleton de l'Automne : "Du Rififi à Germinnes", épisode 9

Mais quelle est cette médaille du mérite que Jacques Martin veut offrir à Déborah Destin?
4 images
Mais quelle est cette médaille du mérite que Jacques Martin veut offrir à Déborah Destin? - © partha dalal photography - Getty Images

Résumé des épisodes précédents : Déborah Destin semble avoir succombé au miroir aux alouettes tendu par Jacques Martin, mais comment va-t-il mettre en œuvre son plan sournois ?

Episode 9

- "Tu es bien gentil mon bichon, mais comment veux-tu qu’on lui obtienne la médaille du mérite ? Non seulement, la médaille n’existe pas mais en plus, on est encore dans l’opposition. On ne pourrait même pas lui faire sauter ses prunes d’excès de vitesse à trottinette, même en se traînant à genoux devant la receveuse des infractions communales " ironisa Grégory en s’adressant à son amant.

Il est vrai que Jacques avait perdu de vue qu’il invitait Déborah Destin à un meeting politique partisan et pas à une cérémonie œcuménique. La démarche était moins neutre et présupposait que Déborah adhérât sans réserve à la ligne dure du parti et soit prête à en faire la promotion devant tous les médias de la commune.

- "Tu dois la rappeler et lui expliquer", ponctua Grégory Pietton en raccrochant le combiné de Bakélite fuchsia qu’il avait chiné aux puces.

Or pour Jacques Martin, il n’en était pas question. Le premier appel l’avait tellement angoissé que son taux de cortisol avait dépassé toutes les limites habituelles de létalité. Il fallait trouver une parade. Et vite. Il appela son cousin Firmin qui, le dimanche soir, se livrait à un cocasse numéro d’artiste transformiste prestidigitateur numismate dans un cabaret du bord de la Nationale 8 : "allo Firmin ? Tu as toujours ta perruque blonde ?"

- "Ça ne passera jamais", se lamenta Firmin. 

Mais Grégory en était moins sûr : à Déborah, il remettrait une fausse médaille du mérite devant quelques figurants triés sur le volet, et Firmin incarnerait Déborah dans la grande cérémonie politique, donnerait l’accolade à Jacques et tiendrait par la même occasion le rôle de sa vie, son obsession depuis l’audition ratée pour Derrick en 1989, dans les bureaux de la ZDF.

Ce que Grégory ignorait, c’est que de l’autre côté de la rue, dans une camionnette banalisée de la gendarmerie, Wilhelmine Mirpoix avait piraté la ligne téléphonique et ne ratait pas un mot du stratagème mis en place par l’équipe de son rival politique.

- "On les tient", jubila-t-elle.

 

 

la suite du feuilleton sous la plume d’Hugues Dayez demain mardi, à 14h

pour retrouver le fil de cette histoire en lisant les épisodes précédents


"Du rififi à Germinnes"est une tragédie politique au temps d’élections incertaines sur fond d’épidémie.

A raison de 4 épisodes par semaine, Camille De Rijck et Hugues Dayez ont décidé de mettre à profit le temps du confinement pour créer un feuilleton à lire, sous la forme d’un cadavre exquis. Rendez-vous les lundi, mardi, jeudi et vendredi à 14 heures sur le site RTBF Culture pour connaître la suite de leur récit rocambolesque.