Mons 2015 a permis de vivre la culture autrement à Mons et dans sa région

La Grand Place de Mons
La Grand Place de Mons - © BELGA IMAGE

L'année de Mons 2015, Capitale Européenne de la Culture, a été un succès quantitatif avec plus de 2 millions de visiteurs et une réussite qualitative. Pour Yves Vasseur, commissaire général, Mons 2015 a permis aux Montois de vivre la culture autrement.

Sur le plan des chiffres de fréquentation, la Fondation Mons 2015 affiche un large sourire puisque le cap des 2 millions de visiteurs dans la Capitale Européenne de la Culture a été atteint le 24 novembre dernier. "C'était un pari énorme, nous avions placé la barre assez haut", explique Yves Vasseur, commissaire de Mons 2015. Le 2 millionième visiteur de Mons 2015 a été fêté le 24 novembre dernier lors de son arrivée au Musée des Beaux-Arts de Mons (BAM).

On retiendra, entre autres, que la fête d'ouverture du 24 janvier dernier avait attiré 100.000 personnes à Mons, que 455.000 personnes, dont 180.000 pour l'expo Van Gogh, ont visité les expositions et les musées montois ouverts au début avril avec quelque 60.000 visiteurs pour le seul week-end d'ouverture à Pâques. Quelque 5.300 visites guidées ont par ailleurs été organisées par "VisitMons".

Du côté de l'opinion publique, parfois critique en 2014, les signaux sont également très bons à la Fondation Mons 2015. "En 2014, il y avait en effet une polémique sur Arne Quinze, nous avons été l'objet d'attaques en règle, via les réseaux sociaux, notamment, on a parlé du coût de la culture à Mons, de l'implication des artistes locaux...", explique Yves Vasseur. "Nous avons le sentiment, à la fin 2015, que nous sommes à 180 degrés de ces critiques. Mons n'a, par exemple, pas désempli à l'été et elle est donc devenue une vraie ville touristique. Mons 2015 a apporté une manière conviviale, collective, généreuse de vivre la Culture. On a vu des gens intéressés par de nouveaux types de projets, par d'autres ambiances, d'autres horaires. Mons 2015 et ses 1.000 événements ont permis aux gens de participer à des aventures, ce dont ils ont besoin. Nous avons défriché le terrain pour l'avenir. Les gens de Mons et de la région se sont réappropriés des personnes, des choses de chez eux qu'ils ne connaissaient pas ou plus."


Belga