"Le paradoxe d'Anderson" de Pascal Manoukian, ou l'épopée d'un déclassement

Pascal Manoukian
Pascal Manoukian - © © Hermance Triay

Le paradoxe d'Anderson, grâce à des statistiques, permet de constater qu'un niveau de diplôme élevé, ne permet pas de s'élever socialement. Et qu'une formation supérieure à celle de ses parents, n'offrira pas nécessairement aux enfants, une situation sociale plus importante...

Après un premier roman sur le travail des migrants en France, et un deuxième relatif aux attentats, Pascal Manoukian s'est penché sur l'appauvrissement d'une classe ouvrière, victime de la délocalisation. Des familles qui vivaient correctement, qui envoyaient leurs enfants à l'université avec l'espoir de les voir grandir, et qui du jour au lendemain perdent tout. Trop honnêtes, tiraillés, ils peinent parce qu'ils se refusent à maltraiter leurs semblables...

"Le paradoxe d'Anderson" est paru au Seuil. Après un Prix Première pour "Les Echoués", Pascal Manoukian continue de nous surprendre par son engagement subtil, et l'émotion qu'il induit à travers ses personnages.

Rencontre avec Pascal Manoukian