"Eroica" ou le roman de l'histoire de Jean-Michel Basquiat

Eroica - Pierre Ducrozet
Eroica - Pierre Ducrozet - © Grasset

Qu'est-ce qu'être un héros à la fin d'un siècle qui n'en peut plus de ses héros. Un 20ème siècle qui est mort d'un certain héroïsme ? Basquiat voulait être Coltrane, Kerouac ou Batman. Comment faire ?

Rencontre avec Pierre Ducrozet pour Eroica, dans la collection "Le Courage" chez Grasset

La célébrité on croit que c'est un truc du 21ème siècle, chacun veut sa minute de gloire, et Basquiat disait dans les années 1970, qu'il était né pour être célèbre ?

C'est un enfant de Warhol et c'est lui qui invente ça. Ce qu'il appelle le quart d'heure de célébrité. Il anticipe déjà le 21ème siècle, où chacun veut sa petite minute de gloire. Warhol invente ça dans la Factory, et crée des petites stars évanescentes. Et en ce sens, Basquiat est son fils spirituel, il veut être célèbre et possède cette ambition un peu enfantine. En même temps il veut être un héros comme Batman ou Mohamed Ali et il va être tout cela. Son succès est fulgurant, et son génie aussi, et ça m'intéressait de voir comment il se dépatouillait avec ce 20ème siècle qui en a soupé des héros. Voilà ce qui m'intéressait et il va y arriver.

 

Son quart d'heure de célébrité continue, alors qu'aujourd'hui on est très vite oublié. C'est d'ailleurs après Rothko, l'un des artistes décédés les plus chers au monde ?

Oui au milieu de Picasso et de Bacon; ils sont pour moi les trois phares du siècle. Il n'a pas d'absence, il a une puissance qu'on ne peut ignorer, il y a le côté immédiat et ensuite il y a quelque chose de très contemporain, et conceptuel parfois. A la fin il y a des toiles avec presque rien, juste des mots, alors qu'on le rattachait au début, à l'expressionnisme. Il a tout compris et il réinvente la peinture, parce qu'il a la culture. Il a vu Guernica très tôt, et il sent qu'il est en train de faire une chose incroyable. Ce qu'il fait selon moi, c'est prendre la modernité et la mettre toute entière dans la toile, et ça déborde de signes du monde. Le monde entre dans la toile avec une force unique. C'est ça sa modernité.

Christine Pinchart

Pour tous les amoureux de Jean-Michel Basquiat

"Eroica" de Pierre Ducrozet, chez Grasset.