Barbara Abel, plus machiavélique que jamais

"Après la fin"
2 images
"Après la fin" - © Barbara Abel

"Après la fin", une continuité au roman "Derrière la haine". Une première pour la jeune auteure belge Barbara Abel, qui n'avait jamais offert de suite à ses romans.

Rencontre avec Barbara Abel

C'était une nécessité de poursuivre l'histoire de Milo et de ses nouveaux parents ?

Non pas vraiment une nécessité mais plutôt une envie, qui pour l'anecdote, est née un jour où je me suis prise la tête avec mon fils ado. J'étais si excédée à la fin de cette prise de tête que j'ai décidé que dans mon prochain livre, il y aurait un ado. C'est une source de tension super intéressante à exploiter, et puis c'était neuf pour moi.

C'est vrai que je fais toujours dans le thriller psychologique, et que je cherche les tensions du quotidien, de manière à pouvoir les pousser très loin, et avec mon ado, j'ai repensé à Milo. Milo c'est le petit garçon de mon roman précédent, abandonné dans une situation fâcheuse à la fin. Ce roman commençait à avoir un beau succès de librairie je l'avoue d'une part, et d'autre part il y a longtemps que cela me titillait, cette envie de retrouver des personnages, et de continuer leur histoire.

Alors la fin du précédent, avait laissé le lecteur sous le choc, il me fallait donc une fin pour celui-ci qui ne déçoive pas, et dès le moment où cette fin m'est apparue, je me suis lancée dans l'aventure.

 

On va évoquer le personnage de Nora; je trouve qu'il a un profil assez neuf, dans le paysage de Barbara Abel. Elle a un ex-mari qui lui veut du bien, mais qui lui dit tellement mal ?

C'est vrai qu'il l'aime, il ne la trompait pas, mais cet amour ne lui convient plus du tout. Quand j'ai eu cette idée de suite, je me suis demandée quel était le personnage qui pouvait être le grain de sable qui grippe la machine. Et j'ai repensé à ce mari avocat, qui avait accompagné Sylvain à la fin du livre précédent. A l'origine Alexis l'avocat, était le lien entre Nora et le couple Typhaine et Sylvain. Nora a pris de l'ampleur au fil de mes recherches, j'en ai fait aussi une femme d'origine maghrébine, parce qu'elles font partie de notre quotidien, et puis j'aimais également l'idée de ces enfants à la double culture. J'avais aussi besoin que le prénom de son fils, ressemble à celui de Maxime, le petit garçon décédé. Donc il est devenu Nassim.

 

Quelque chose à la fin du livre, me fait dire qu'il y aura un troisième tome ?

J'ai fait une fin ouverte pour me laisser cette possibilité, mais le prochain livre est en route et ce ne sera pas celui-là. j'ai besoin de recul, mais c'est vrai qu'il y a un compost secret, une femme qui a vu des choses, Milo qui n'est pas au courant de tout, et un dossier traîne dans la maison. Voilà on n'en dit pas plus.

Christine Pinchart

"Après la fin" de Barbara Abel, au Fleuve Noir