Les critiques d'Hugues Dayez - mercredi 2 décembre

Deux grands maîtres du 7ème art sont de retour ce mercredi sur nos écrans, ils ont chacun été président du jury du Festival de Cannes : Nanni Moretti et Steven Spielberg . Le cinéaste italien avec une tragicomédie, " Mia Madre ", l’Américain avec un drame historique, " Bridge of spies ".

 

Mia Madre

"Mia madre" dresse le portrait d’une femme en pleine tourmente, professionnelle et privée.

Margherita (l’excellente Margherita Buy) est réalisatrice, elle essaie de mettre en scène un drame social mais elle doit subir les caprices de son acteur principal, une vedette américaine fantasque et imprévisible (John Turturro). Par ailleurs, elle assiste impuissante à l’agonie de sa mère, elle voudrait être à son chevet mais elle manque de temps, et culpabilise tandis que son frère Giovanni (Nanni Moretti) se montre, lui, à la hauteur…

Avec "Mia Madre", Moretti réussit une alchimie parfaite entre un humour teinté d’ironie, et une émotion toujours pudique et digne. C’est non seulement un de ses meilleurs films, c’est un grand film qui rappelle l’âge d’or du cinéma italien, quand Scola, Risi et autre Comencini régnaient en maître… Que le jury de Cannes ait pu oublier ce film, ce n’est pas seulement une erreur, c’est une faute de goût.

Bridge of spies (Le pont des espions)

Les Etats-Unis en 1957, en pleine guerre froide. James Donovan, avocat d’assurances dans un grand bureau de New York (Tom Hanks) est sommé par son patron d’assurer la défense d’un espion soviétique arrêté à Brooklyn. Donovan s’acquitte de sa tâche avec un tel brio qu’il est approché par les services secrets américains pour servir de négociateur : il s’agit d’échanger l’espion soviétique contre un pilote américain arrêté sur le territoire russe… Voilà Donovan en route pour Berlin-Est, qui découvre sur le terrain les doubles discours et le climat ambigu de la guerre froide…

Après "Saving private Ryan" et "Catch me if you can", l’association Hanks-Spielberg produit une fois de plus des étincelles: scénario passionnant, reconstitution d’époque tirée au cordeau: “Bridge of spies” est une réussite. Certes, c’est un film de facture classique mais, de temps en temps, le classicisme a du bon.