Le top 10 cinéma d'Hugues Dayez pour l'année 2018

Three Billboards, Martin McDonagh
Three Billboards, Martin McDonagh - © Tous droits réservés

C’est une coutume journalistique forcément très répandue pendant la dernière semaine de l’année : c’est l’heure des bilans et des rétrospectives. En toute subjectivité, Hugues Dayez nous livre son classement des 10 films qu’il a préférés en 2018… Du 10ème au 1er.

 

N°10 : "Carré 35" d’Eric Caravaca

Dans ce documentaire écrit à la première personne, l’acteur français tente de percer le secret sur la mort en bas âge de sa sœur… Et livre une bouleversante chronique familiale.

 

N°9 : "Guy" d’Alex Lutz

A travers le portrait fictionnel du chanteur Guy Jamet, le comédien et réalisateur Alex Lutz – prodigieux dans le rôle principal -  rend un hommage affectueux aux chanteurs de variétés ringards des années 70 qui ont coûte que coûte continué leur carrière… Echec en salles, "Guy" est pourtant un des films français les plus originaux de l’année.

 

N°8 : "Beautiful Boy" de Felix Van Groeningen

Pour son premier film américain, le cinéaste flamand raconte la douloureuse et authentique relation entre un père journaliste, David Sheff et son fils Nicolas englué dans la drogue. Prestations inoubliables de Steve Carell et Timothée Chalamet.

 

N°7 : "Capharnaüm" de Nadine Labaki

Longtemps pressenti pour la Palme d’Or, le film de la cinéaste libanaise Nadine Labaki – en lice pour le Golden Globe du meilleur film étranger – montre l’enfance laissée pour compte dans les rues de Beyrouth. Avec un petit garçon stupéfiant de naturel, Zain Alrafeea.

 

N°6 : "Cold War" de Pawel Pawlikowski

Autre film majeur de Cannes 2018, grand vainqueur des récents European Awards, "Cold war" raconte une histoire d’amour impossible entre une chanteuse et un pianiste, dans la Pologne communiste des années 50 et le Paris de Saint-Germain-des-Prés. Avec un sens de l’ellipse et une photo noir et blanc sublimes.

 

N°5 : "First Man" de Damien Chazelle

Le cinéaste surdoué de "Whiplash" et de "La La Land" réussit un "blockbuster intimiste" : plus que le récit des premiers pas de l’homme sur la lune, ce biopic de Neil Armstrong est avant tout le portrait d’un héros national prisonnier de ses démons et incapable de communiquer avec les siens. Semi-échec au box-office, ce film déroutant prouve, si besoin en était, la maîtrise impressionnante de Chazelle.

 

N°4 : "Girl" de Lukas Dhont

Plus besoin d’encore présenter ce premier long-métrage du jeune réalisateur flamand, Caméra d’Or au Festival de Cannes. Avec un jeune acteur, Victor Polster, fabuleux dans le rôle de Lara qui veut devenir danseuse-étoile… Malgré son corps de garçon.

 

N°3 : "Phantom Thread" de Paul Thomas Anderson

Le génial Daniel Day-Lewis dans son dernier rôle, celui d’un couturier perfectionniste et maniaque, tellement amoureux de la beauté que la vulgarité du monde lui est insupportable… Le retour à l’avant-plan du cinéaste surdoué de "There will be blood".

 

N°2 : "Lady Bird" de Greta Gerwig

Première réalisation de l’actrice préférée de Noah Baumbach, le film suit les désirs d’anticipation d’une jeune fille de dix-huit ans (Saorse Ronan, exceptionnelle) qui veut quitter Cincinnati pour aller faire ses études à New York. Magnifiquement observé, le film déjoue tous les clichés et frappe par sa justesse psychologique et son humour raffiné.

 

N°1 : "Three billboards outside Ebbing, Missouri" de Martin McDonagh

Mildred (Frances McDormand, Oscar mérité de la meilleure actrice), dont la fille a été violée et assassinée, loue trois gigantesques panneaux publicitaires à l’entrée de son patelin pour y provoquer le shérif responsable de l’enquête… Humour cinglant des dialogues, personnages magnifiquement campés, intrigue pleine de surprises pour cette fresque de l’Amérique profonde : "Three Billboards" est une pépite.