Le Top 10 Cinéma 2019 d’Hugues Dayez

Exercice quasi obligé – et forcément subjectif – de fin d’année : quels films ont marqué 2019, parmi les dizaines (les centaines) sortis sur les écrans en Belgique ? En bref, un classement de dix films favoris (NB : la critique détaillée de ces titres a été faite lors de leur sortie).

1. "Joker" de Todd Phillips

Lion d’Or à la Mostra de Venise. La genèse d’un des méchants les plus emblématiques de l’univers "Batman". En réalité, bien plus qu’un énième film de super-héros : un portrait-choc des laissés-pour-compte du rêve américain, porté par des images inspirées et une composition hallucinante de Joaquin Phoenix. Le "Taxi driver" d’aujourd’hui.

Lire la critique

2. "Parasite" de Bong Joon-Ho

Palme d’Or au Festival de Cannes. Comment une famille pauvre coréenne va réussir à s’incruster dans une riche villa, en en bouleversant insidieusement la vie de ses habitants. Tragi-comédie d’une inventivité folle, qui ose mêler la satire, le suspense et même le gore. Profond et virtuose.

Lire la critique

3. "Vice" d’Adam McKay

Portrait au vitriol d’un "homme de l’ombre" de la politique américaine : Dick Cheney, vice-président sous George W. Bush, artisan de la guerre en Irak et de la torture à Guantanamo. Pamphlet d’une intelligence et d’un humour savoureux, porté par l’interprétation-caméléon de Christian Bale.

Lire la critique

4. "Hors normes" d’Éric Toledano et Olivier Nakache

Chronique du travail au quotidien de deux éducateurs se dévouant à accompagner des autistes à Paris. Vincent Cassel et Reda Kateb, habités par leur rôle. Défi réussi, pour le tandem de réalisateurs du "Sens de la fête" d’intégrer de véritables handicapés dans le casting. Émouvant et drôle, sans doute le meilleur film sur l’autisme.

Lire la critique

5. "Marriage story" de Noah Baumbach

Titre trompeur : le film raconte un divorce. Lui est metteur en scène de théâtre d’avant-garde à New York, elle est actrice et veut s’émanciper de son emprise en allant travailler à L.A. Ils veulent se séparer à l’amiable, c’est sans compter le rôle de leurs avocats… Écriture ciselée, interprétation impressionnante de Scarlett Johansson et Adam Driver. Une production Netflix, qui marque de (nouveaux) points.

Lire la critique

6. "Green book" de Peter Farrelly

Lauréat de 3 Oscars, dont celui du meilleur film. À la fois "buddy" et "road movie" : dans l’Amérique ségrégationniste des années 60, un chauffeur italo-américain conduit en tournée un pianiste afro-américain dans le "Deep south". Le chauffeur blanc est inculte et raciste, l’artiste noir est précieux et arrogant… Sur la route, ils vont apprendre à mieux se connaître. Scénario classique, mais réalisation élégante, avec un excellent duo Viggo Mortensen/Mahershala Ali.

Lire la critique

7. "Les chatouilles" de Andréa Bescond et Éric Métayer

Avec l’aide d’Éric Métayer, la danseuse et actrice Andréa Bescond réussit à transposer au cinéma son "one-woman-show", qui raconte sa douloureuse histoire : enfant, elle a été abusée par un ami de la famille. Avec ce sujet grave, Bescond réussit un film en état de grâce, émouvant, mais aussi plein d’humour et – osons le mot – de poésie. César de la meilleure adaptation.

Lire la critique

8. "J’accuse" de Roman Polanski

Grand Prix du jury à Venise, une reconstitution passionnante de l’enquête menée par le colonel Picquart (Jean Dujardin dans son meilleur rôle) pour innocenter le capitaine Dreyfus. Roman Polanski signe une mise en scène précise et efficace, et réunit une distribution étincelante, avec une foule d’acteurs de la Comédie-Française.

Lire la critique

9. "Stan et Ollie" de Jon S. Baird

Le crépuscule d’un tandem comique légendaire : en 1953, Laurel et Hardy se lancent dans une tournée des music-halls en Angleterre. Leur heure de gloire est passée, mais "the show must go on". Merveilleuse réflexion sur un duo que tout oppose dans la vie, sauf la scène. Steve Coogan et John C. Reilly réussissent des compositions troublantes de justesse.

Lire la critique

10. "Le Mans 66" de James Mangold

Les "24 heures du Mans", en 1966 ; le duel entre deux géants de l’automobile : le chef d’entreprise, Henry Ford II et l’artiste de génie, Enzo Ferrari. Lutte d’ego, fossé entre l’Amérique et l’Europe : tout est là dans cette fresque admirablement reconstituée. Avec un (très bon) Matt Damon et un (excellent) Christian Bale.