Entretien avec Aurel, dessinateur et réalisateur de "Josep", César du meilleur film d’animation

Ce n’est pas un épisode de l’histoire du XXe siècle qu’on enseigne à l’école : la "Retirada". Soit, début 1939, l’exode des opposants à Franco pendant la guerre civile en Espagne.

Lorsque les troupes franquistes entrent dans Barcelone, ce seront près de 450.000 personnes qui vont fuir la Catalogne et tenter de rejoindre le Sud de la France par les Pyrénées. A leur arrivée, ces exilés seront parqués dans des camps de fortune, surveillés et traités presque comme des criminels par les gendarmes français.

Parmi ces réfugiés, Josep Bartoli, membre du parti communiste catalan, dessinateur et caricaturiste. Dans ses carnets, Josep va croquer son expérience de ces camps. Aurel, dessinateur français d’aujourd’hui, collaborateur au "Monde" et au "Canard Enchaîné", a découvert le parcours de l’artiste espagnol et a eu envie de lui rendre hommage dans ce film d’animation, qui est son premier long-métrage.

Le médium du dessin animé permet à Aurel de mêler son graphisme à celui de Josep, et cette confrontation de styles est intéressante. Doté d’une bande-son très soignée, propice à restituer les ambiances de l’époque, "Josep" évite les écueils du biopic pédagogique… mais peine un peu à émouvoir.

Car l’animation très statique d’Aurel – il explique ce choix dans l’interview vidéo – finit par tenir le spectateur à distance. Autrement dit, le style, ici, étouffe parfois le sujet. Ce qui n’a pas empêché le film de recueillir une presse quasi unanimement dithyrambique chez nos voisins français.

L'interview d'Aurel

À partir du 17 mars, le film sera proposé en Premium VOD sur les plateformes cinechezvous.be, Proximus Pickx et Sooner.