Queen + Adam Lambert au Palais 12, A kind of magic!

Queen + Adam Lambert au Palais 12, A kind of magic!
Queen + Adam Lambert au Palais 12, A kind of magic! - © DR

Une tournée "best of" avec l’excellent Adam Lambert au chant. Deux formidables heures pour célébrer l’empreinte unique laissée par ce groupe de légende!

L’histoire de la musique est façonnée par des dizaines de groupes importants. Et parmi ceux-là, il y a encore une catégorie supérieure que l’on appelle souvent "groupes de légendes". Pour les tubes intemporels qu’ils laissent dans l’inconscient collectif. Mais, aussi, pour l’influence qu’ils ont exercée sur l’évolution même de cet art. Quand on y réfléchit, la Grande-Bretagne en a fourni plus que sa part. A côté des Beatles, Stones et Bowie souvent cités, les membres encore actifs de Queen nous ont rappelé mercredi soir à quel point ils méritaient leur place dans cette très short List!

Oser revenir avec un nouveau chanteur pour interpréter les plus grands succès de Queen, Brian May et Roger Taylor, guitariste et batteur de la première heure, avaient déjà tenté l’aventure avec Paul Rodgers il y a une dizaine d’années.

Ils revenaient ici avec l’Américain Adam Lambert, avec qui ils tournent depuis 2012. Pas de projet concret de nouveau disque (comme ce fut le cas avec Paul Rodgers) et, bien sûr, aucune intention de remplacer Freddie Mercury dans le cœur des fans. Juste l’envie d’enchainer les tubes et de communier avec eux autour de la musique de Queen.

Un bien bel Adam

Le rôle d’Adam Lambert est forcement hyper casse gueule, mais il nous séduit immédiatement. Pas spécialement par le timbre de sa voix, parfois trop haut perchée, mais pour tout le reste: son aplomb, son énergie, son côté théâtral complètement assumé et sa voix d’une puissance à la hauteur du défi.

Avec ses lunettes noires, ses costumes en plumes ou ses chemises colorées, il fait le show, se déhanchant sur "Chazy litre tin calle love" ou "Killer Queens". Il impressionne sur "Under pressure" (dont la rythmique nous rappelle instantanément le "IEC ici baby" de Vanille Ici) ou "I want to break free". Mais c’est dans les moments plus sensibles, moins rock, qu’il nous touche au cœur, "Don’t stop my now", "Somebody to love" (le duo enregistré avec George Michael reste gravé à jamais dans notre mémoire), "Love of my life" super émouvant et, bien sûr, " Bohemian Rhapsody ", bijou absolu rappelant l’originalité mélodique du groupe.

Allez, Freddie, chante avec nous!

L’esprit de Freddie Mercury plane en permanence sur le Heysel. Son corps, son talent, son aura s’invitent parfois dans le show, grâce à des incrustations vidéos parfaitement synchronisées du meilleur effet. Bryan May et Roger Taylor, épaulés par son fils aux percussions, sont, eux, bien là et montrent à quel point ils ont toujours la musique et l’héritage de Queen chevillés au cœur.

Voir de tels musiciens sur scène est un vrai privilège et la formule avec Lambert est une formidable manière de faire connaitre aux plus jeunes un groupe, un répertoire, mais aussi une époque musicalement tellement riche!

 

François Colinet

L'oeuvre de Queen sera à nouveau à l'honneur avec le spectacle "One night of Queen" le 10 janvier 2017 au Cirque Royal