Loïc Nottet, chanteur étoile à l'Ancienne Belgique!

Loïc Nottet, chanteur étoile à l’Ancienne Belgique!
2 images
Loïc Nottet, chanteur étoile à l’Ancienne Belgique! - © Zeb Daernen

Les premiers concerts du prodige carolo ont été à la mesure de l’attente de fans survoltés ce week-end à l’AB. A (re) voir à Spa cet été puis à Forest National fin novembre…

Cela faisait longtemps que l’on n’avait plus senti une telle effervescence dans la salle bruxelloise, qui a pourtant accueilli tant de (très) grands noms. Un qualificatif que ne mérite pas encore Loïc Nottet mais qui pourrait un jour le désigner, vu le potentiel étincelant dévoilé ce dimanche!

Trois semaines à peine après la sortie de "Selfocracy", son premier album hyper attendu (et le mot est faible), il montait donc pour la première fois sur les planches "réelles" de la gloire, après avoir brillé de mille feux à The Voice en 2014 (sans remporter le concours ,ce qui reste un hiatus difficilement compréhensible), puis en remportant "Danse avec les stars" sur TF1.

Loïc c’est une sorte de Petit Prince de la pop moderne, avec une bonne dose de Billy Elliott qui le rend unique. A tout juste 21 ans, il a rempli deux AB en une après-midi pour y proposer un spectacle total, entre chant, danse, et incrustations vidéo du plus bel effet. Sans oublier des jeux de miroirs très bien pensés.

Accompagné de deux musiciens et surtout de deux danseurs gracieux et efficaces, il offre ses premières compensations avec panache et énergie, sachant qu’il peut faire une confiance totale dans ce corps qui lui permet toutes les circonvolutions.

L’ensemble est franchement impressionnant, mais pas autant que sa candeur, si rafraichissante parce que si rare. Il vit son concert sans filtre, bavardant avec le public, venant en expliquer le contexte de création comme s'il parlait à ses potes dans une cour de récré!

L’album contient quelques (très) bonnes chansons mais nous parait trop touffu, surproduit pour pleinement toucher nos cordes sensibles. On rêverait d’une prestation piano/voix, laissant éclater toute sa sensibilité.

Mais l’heure est aux paillettes et aux effets vidéo. Pas aux effets de manche parce que Loïc n’en n’a vraiment pas besoin! Il semble habité d’une grâce naturelle qui lui donne un charme infini, surtout quand il lâche prise en dansant…

Le duo en rappel avec BJ Scott sur "Rythm’ Inside" fut un vrai régal de simplicité et de plaisir partagé.

La route pour se construire une carrière majeure est encore longue, mais ce week-end, il a prouvé que le petit Loïc est en train de devenir grand, en frappant un grand coup!

 

François Colinet

En concert le 22 juillet aux Francofolies de Spa et les 25 et 26 novembre à Forest National

 

Loïc Nottet, "Selfocracy" (Jive Epic)