Les drones de MUSE passent brillamment le mur du son!

Les drones de MUSE passent brillamment le mur du son!
2 images
Les drones de MUSE passent brillamment le mur du son! - © Danny Clinch

Le groupe anglais, véritable phénomène intergénérationnel, a triomphé quatre jours durant au Palais 12, offrant un show de toute beauté à 60.000 fans déchainés!

Un mur de son! Voilà ce que les trois gaillards de MUSE sont venus nous proposer pendant ces quatre concerts événements à Bruxelles. Un Palais 12 en configuration maximum, 15.000 personnes chaque soir, une scène centrale circulaire, des effets visuels impressionnants mais surtout, surtout, un son absolument époustouflant!

La taille importe peu!

Ce mercredi soir, nous avons eu la preuve ultime que la taille de la salle n’a pas beaucoup d’importance en termes de qualité sonore. Malgré son gigantisme, cette nouvelle arène nous a proposé une expérience acoustique de très haut niveau. Quel privilège, en effet, de faire partie des chanceux qui ont l’occasion de vibrer sous les coups de grattes et de batteries de ces trois véritables stars du rock qui envoient des uppercuts à chaque impulsion.

Comme nous l’écrivions en septembre lors de leur concert caritatif " MUSE for life ", nous ne connaissons pas bien leur carrière et nous ne sommes pas devenus fans de leur "musique de stade". Mais, c’est justement ce côté grandiose qui nous a complètement transporté sur ce "Drones World Tour". Une scène tentaculaire qui leur permet d’occuper la scène efficacement à trois, un écran au-dessus du cercle. Mais, surtout, des projections d’une qualité inouïe sur des sortes de draps amovibles. C’est surprenant, impressionnant, hyper prenant!

Le sens de la communion

Musicalement, le concert est étonnamment rock ‘n’ roll ! Guitare, basse et batterie se complètent à merveille pour contribuer à ce son monstrueux, s’offrant même quelques batailles ludiques. Le public, lui, ne cesse de crier son plaisir d’entonner la pléiade de tubes d’un des groupes rock les plus fédérateurs des années 2000. "Psycho" et "Dead Inside", tirés du dernier album, mettent l’ambiance sans pouvoir rivaliser avec "Starlight", hurlé à tue-tête. Mais que dire alors du fabuleux triptyque de morceaux plus anciens "Hysteria", "Time is running out" et "Uprising" qui nous fait sortir toute notre énergie vitale. Sans oublier le joli "Sunburn" au piano, morceau qui a presque 20 ans!

Un show comme on n’en n’a rarement vu et entendu, des musiciens balaises qui prennent visiblement beaucoup de plaisir et qui emballent le tout avec un grand sens de l’ "entertainement", une super soirée quoi!

 

François Colinet