Le festival Esperanzah! a 16 ans, et ose sa différence!

Gregory Porter
2 images
Gregory Porter - © FRANCOIS GUILLOT - AFP

L’Abbaye de Floreffe accueillera pour la 16ème fois plein de belles énergies du 4 au 6 août. Pour réfléchir au monde tel qu’il va. Un festival éclectique et engagé avec IAM, Gregory Porter, Imany et Keny Arkana. Parmi plein d’autres!

Lorsque qu’au printemps 2002, on entend sur les ondes l’appel à bénévoles pour la mise en place du premier festival Esperanzah!, on est loin de s’imaginer la magnifique trajectoire qu’il suivra. Et notre fidélité sans faille à ce rendez-vous qui, devenu adolescent, a gardé toute sa pertinence

"C’est un festival qui prend des risques", nous confie Jean-Yves Laffineur, fondateur et programmateur. "On ne court pas derrière les grosses têtes d’affiche comme le font certains. Bien sûr, on en a besoin et cela devient de plus en plus difficile car le secteur est devenu hyper concurrentiel. Mais notre ADN, c’est avant tout de faire découvrir de nouveaux artistes, de nouveaux sons, de nouvelles sensations au public. L’espace a été redessiné, notamment pour offrir une scène plus intimiste sur laquelle vont se produire ce que j’appelle des "artistes de la Terre", ancrés dans leurs racines, avec une musique qui vient de loin comme par exemple Leyla McCalla le vendredi ou Elida Almeida le samedi, qui marche dans les pas cap verdiens de Cesaria Evora."

"Pour surprendre le public, on cherche quelques pépites qui émergent sur la scène mondiale. Ce sera notamment le cas cette année des Sud-Africains de BCUC, sorte de fusion hyper énergique entre funk et hip hop à la sauce africaine. Nous devons convaincre les gens que notre proposition en vaut la peine. Et proposer davantage que la musique."

Tout est dit dans ces quelques phrases. Esperanzah! est un espace de rencontre, un vivier de culture, de curiosité, de questionnement. On y vient en confiance, souvent sans connaître la plupart des groupes programmés.

De l’autre côté de la rive…

Le festival s’est aussi construit sur un grand ancrage associatif, désireux de réfléchir les réalités du monde d’aujourd’hui pour mieux les faire bouger. Le focus de cette année, "Des ponts contre leurs murs", résume parfaitement les enjeux du moment. "Il y a plus de 70 murs érigés sur la planète pour séparer les gens. Nous prônons évidemment tout le contraire! Une vision du monde où l’accueil et l’hospitalité prennent le pas sur la peur. Car l’humanité s’est construite de multiples migrations. Il ne faut jamais l’oublier!" Cette préoccupation sera également l’une des thématiques de la foisonnante programmation cinéma à découvrir à l’ombre de l’Abbaye.

Le tout pour un prix d’entrée qui est resté très démocratique (moins de 40 euros la journée en prévente). "Chaque année, c’est un combat. Nous voulons rester le plus accessible possible. Cela devient franchement compliqué vu toutes les mesures de sécurité que nous devons prendre. Mais, c’est essentiel pour nous d’y arriver."

Nous ne bouderons pas notre plaisir de flâner dans ce magnifique décor ce week-end. Parce que ce rendez-vous si cher à notre cœur transpire d’un supplément d’âme communicatif et qu’il fait si bon s’y retrouver pour découvrir, réfléchir, construire un monde curieux et solidaire. A vendredi?

 

François Colinet

Toutes les infos sur www.esperanzah.be