Le Festival des Libertés décline notre monde en état d'urgence

Boulevard des airs
Boulevard des airs - © DR

Réfléchir et vivre ce monde de l’urgence perpétuelle, voilà le pari du Festival des Libertés. Un programme multidisciplinaire très alléchant, qui veut rassembler les curieux . Du 20 au 29 octobre au Théâtre National.  

Le Festival des Libertés propose 10 jours de rencontres à la fois citoyennes et culturelles, comme nous le précise Mathieu Bietlot, coordinateur du secteur socio-politique à Bruxelles Laïque et l’un des programmateurs de l’événement: "L’envie est de mélanger les formes d’expression. Se réunir, réfléchir ensemble et interroger l’état du monde. Cette année, cela s’articule autour du thème de l’urgence, l’urgence sécuritaire qui nécessite évidemment une prise de recul, mais aussi l’urgence sociale, environnementale, humanitaire. Plus largement, on évoquera aussi cette logique dans nos rythmes de vie, comment reprendre le contrôle pour ne pas rester perpétuellement avec cette impression d’être dépasser par le temps".

Foule d’opportunités pour les citoyens curieux

Ce festival fourmille donc d’un mélange des genres unique: débat, théâtre, musique, expo… Impossible d’être exhaustif. Mathieu Bietlot nous guide dans cette offre foisonnante. "Je pointerais le débat "Sortir de la course ou devancer l’adversaire" ce mercredi 26, qui confrontera des adeptes de la décroissance à des tenants d’une vision "accélérationniste" qui pensent, au contraire, qu’il faut jouer le jeu en s’appropriant les technologies et les méthodes de ceux qui dominent le monde, pour pouvoir les affronter sur leur propre terrain."

Les coups de cœur culturels sont également nombreux: "La programmation musicale est riche. Passionné de chanson française, je suis très heureux d’accueillir Collectif 13 et Boulevard des Airs ce vendredi 21, pour une soirée qui s’annonce très festive. Et nous retrouvons aussi "Les partisans du chant" le mercredi 25, soirée gratuite que nous organisons depuis quelques années et qui accueille des chanteurs peu exposés mais qui dépeignent le monde avec poésie, sans langue de bois. Nous y recevrons notamment Christian Olivier, chanteur du groupe Les Têtes raides.

"Côté Théâtre, le spectacle "Black clouds" de Fabrice Murgia, nouveau directeur du Théâtre National, sera en plein dans notre thématique puisqu’il nous plonge dans notre rapport à internet, aux merveilleuses possibilités qu’offre la société connectée, mais aussi à ses dangers et aux nombreuses questions que cela pose." A voir ce lundi 24.

Bref, le Théâtre National se transforme pour 10 jours en centre névralgique pour tous les curieux, avides de culture et de réflexion. Histoire de regarder ce monde avec notre tête et nos sens. Et de partager l’expérience…

Toutes les infos: www.festivaldeslibertes.be

 

François Colinet